makhnovtchina

Makhnovtchina est un projet adisciplinaire et forain qui vise à expérimenter, co-naître et cartographier (sur tous types de supports) la ville mobile avec ceux qui la vivent ainsi qu'à outiller des situations critiques - ou les espaces produits par la Métropole – en Haute-Normandie et à l'Est de l'Europe (Russie / Moldavie).




♦ AXE SEINE - Transit historique

Au fil du fleuve et du temps : Gennevilliers et Limay, deux villes industrielles et portuaires où viennent se caser vi(ll)es mobiles et transitoires.

♦ L'apocalypse a-t-elle déjà eu lieu ? А может, апокалипсис уже случился?

Dans les cités de garages de Nabrejnie Tchelny,Tatarstan.
ГСК в Набережных Челнах, Татарстан.


Pour afficher les sous-titres cliquer sur l'icone "CC" en bas à gauche du player

La démographie parle d'elle-même : 37 925 habitants en 1970, 522 048 en 2015. C'est l'installation de l'usine de camion KAMAZ qui a marqué le développement de la ville. Comme souvent dans l'histoire de l'urbanisme soviétique l'implantation industrielle préside au devenir ville d'un territoire. Mais voilà, les coups portés à l'économie russe des années 90 on marqué un certain déclin de la production. C'est une autre économie qui s'invente dans la pénombre des garages.

post précédent

Демография говорит сама за себя: 37 925 жителей в 1970 году, 522 048 жителя в 2015. Строительство завода КАМАЗ дало толчок для развития города. Как часто происходило в истории советского градостроительства предприятие стало градообразующим. Но в 90-е годы производство идёт на спад. И экономика возрождается в сумеречном мире гаражей.

♦ Soirée projection de films à l'aire d'accueil de Limay : « C’est pas mal votre film, mais quand même il manque quelque chose... »

Nous arrivons un jeudi soir à Limay avec le MKN-VAN pour présenter l’avancée de notre travail dans les ports de Limay et de Gennevilliers. Valérie, responsable du Pôle Habitat à l’ADVOG, nous accompagne. Nous nous dirigeons tout d’abord vers des terrains situés au sud de la ville, habités par des Voyageurs dont l’expansion du port va provoquer l’expulsion. Un jeune garçon nous invite à le suivre. « Mes parents, mes frères, tout le monde travaille la ferraille ici ! Moi aussi, déjà, je commence avec mon père ! » Le terrain où il habite est situé au bout d’un chemin le long duquel caravanes et caisses aménagées se succèdent, urbanisation caractéristique de cette lisière portuaire. « Certaines personnes sont installées ici depuis plus de 20 ans ! » Arrivés sur le terrain, plusieurs personnes viennent à notre rencontre et nous proposent de garer le camion au centre du terrain pour projeter quelques films. Puis une femme se joint au groupe : « Nous n’avons rien à vous montrer, c’est un terrain privé ici, veuillez sortir maintenant ! » Un des fils vient nous retrouver à l’extérieur avec sa copine. Ils nous expliquent : « La ferraille, c’est tabou ! »

Nous nous rendons alors sur l’aire d’accueil de Limay, où nous avions déjà fait la connaissance de Teddy et Johnny, jeunes ferrailleurs qui nous avaient alors proposé de les accompagner dans une tournée nocturne des encombrants. Nous installons le MKN-VAN à l’entrée de l’aire d’accueil, l’écran déployé vers les caravanes. Au programme : notre entretien avec Claude, chauffeur routier travaillant comme transporteur pour l'entreprise de recyclage GDE, avec qui nous avions fait la route « GDE Gennevilliers - GDE Limay » afin de livrer de la ferraille il y a quelques semaines et des images d’archives concernant l’extension du port de Limay et les réunions de concertation la concernant. Une vingtaine de personnes rejoignent cette projection improvisée. Tous sont enthousiastes par le camion, les films, le sujet de la ferraille et des usines du port qui les entourent. Un jeune homme s’installe sur un muret près du camion pour jouer de la guitare. « C’est un Reinhardt ! » nous dit sa mère.


Lire la suite

♦ Soirée projection de films et rencontre avec le routier Claude - entre Gennevilliers et Limay

À mesure de nos recherches et de nos rencontres, le projet a pris une direction particulière : celle de la ferraille. Son trajet est mis en lumière ici, notamment entre deux ports importants d'Ile-de-France, celui de Limay et de Gennevilliers. L'histoire de ceux qui créent et travaillent la ferraille, mais aussi de ceux qui la transportent, routiers et mariniers, est racontée. Une forme de livre se crée, reliée par un fil métallique réunissant différents types de ferrailleurs, retraçant leurs parcours des encombrants jusqu'aux entreprises de recyclages telles que GDE ou Alpa et au fil de l'eau.

Lire la suite

♦ Gennevilliers - De la cité 51 au Tremplin Sud


Le travail ici s'articule autour des traces du passé des anciennes cités de transit de Gennevilliers, notamment la cité 9 et la cité 51. Ces dernières ont perduré pendant plus de vingt ans, de 1965 à 1987. Vous trouverez sur le journal un historique de ces cités. Aujourd'hui, nous sommes partis découvrir celle du numéro 51 de la Route du Port.

Lire la suite

♦ #camping numérique : Quinzaine de création d'un tuto sur la construction d'une éolienne et d'une climatisation

Pendant deux semaines nous avons installé le MKN-VAN à côté du camion de Jean-Charles et Christine, pour réaliser avec eux un tutoriel sur la construction d’une éolienne et d’une climatisation sous le regard bienveillant d'un dragon de feuilles.

Lire la suite

♦ Vingt ans de cités provisoires

Axe Seine : le Port de Gennevilliers

Alain Bourgarel est l’auteur de l’ouvrage « Les cités de transit du Port de Gennevilliers 1965-1987 », Société d’histoire de Gennevilliers n°11 – avril 2016. Il a été instituteur pendant 20 ans dans les écoles installées près des deux cités de transit du Port de Gennevilliers. Il commence notre rencontre par nous interpeller sur le terme de provisoire. « C’est une notion qui a un caractère très pernicieux. Ici, à Gennevilliers, on a collé cette étiquette de « provisoire » aux habitants des cités de transit. Elles ont perduré pendant plus de vingt ans... »

Lire la suite

♦ "Россия - это вам не Москва!", - говорят нам. Итак, мы покидаем Шанхай и отправляемся в Гренаду.

Покинув Шанхай, главный «рассадник гаражей» Москвы, мы отправились в Приуралье, где на берегу реки Камы расположился один из крупнейших городов Татарстана – Набережные Челны. Затем мы съездили в столицу Татарстана Казань, потом в Ульяновск и, наконец, в Димитровград.

Мы исследуем местность по картам уже несуществующего государства, в котором когда-то возводились фабрики и заводы, вокруг которых, в свою очередь, строились города или новые жилые кварталы уже существующих населённых пунктов. За четыре года Великой Отечественной войны множество небольших дореволюционных городов превратились в центры нефтеперерабатывающей, атомной, автомобильной промышленности, эвакуированной сюда из Москвы, Ленинграда, Воронежа… И, конечно, каждое предприятие строило гаражи для своих рабочих.

Те жилые кварталы существуют до сих пор. Как, формально, и промышленность, которая, впрочем, больше не работает на полную мощность. Гаражи же выходят из тени, хобби превращается в работу, помогающую выжить. А некоторые гаражи превращаются в самостоятельные центры крупного производства. Изобретательность и находчивость позволяют выжить в условиях нищеты, унаследованной экономическим коллапсом 90-х годов. Формально, конечно, и промышленность продолжает существовать. Вот только автомобильные запчасти теперь производятся не на конвейерной ленте, а в чреве городской сущности, которая питает фантазмы.

Прошли десятилетия с тех пор, как эти гаражи были возведены. А сегодня приходит момент их преображения.

Мы прикоснемся к чешуе дракона, который выходит на свет здесь, в Набережных Челнах, в гаражах Гренады.

♦ « La Russie n’est pas Moscou ! » nous dit-il. Alors, nous quittons Shanghaï pour Grenade.

Du principal « massif de garages » de Moscou, Shanghaï, nous roulons pour NabrejnieTchelny entre la vallée moyenne de la Volga et l'avant-pays ouralien au Tatarstan. De là, nous gagnerons Kazan la capitale, puis Oulianovsk et enfin Dimitrovgrad.

Nous roulons sur les lignes de la carte périmée d’un pays qui n’existe plus. Et qui, en son temps, s’étendait vers l’est en plantant des unités de production autour desquelles il bâtissait des villes et des immeubles (parfois à côté des villes d’une carte plus ancienne encore) autour desquels poussaient à leur tour des massifs de garages. Villes du pétrole, de l’atome, de l’industrie automobile réfugiée ici pendant la grande guerre patriotique pour échapper à l’invasion allemande.

Les immeubles sont encore là. Officiellement l’industrie aussi. mais à bas régime ou tout au moins sous un autre régime. Alors les massifs de garages quittent le quai, prennent leur autonomie et passent peu à peu de lieux de bricolage à l’économie de survie pour devenir lieux de productions indépendants. À la pauvreté héritée de l’apocalypse économique des années 90 répond l’invention. Officiellement l’industrie subsiste oui. Mais les pièces détachées sont produites ici dans le ventre de la bête urbaine mutante qui alimente tous les fantasmes.

Voilà longtemps que ces garages ont poussé; aujourd’hui c’est l’heure de leur mue.

Nous venons toucher les écailles du dragon dont la peau affleure ici à Nabrejnye Tchelny dans la cité de Grenade.

♦ Villes Foraines

Un film réalisé à partir d'extraits du livre "Villes Nomades. Histoires Clandestines de la mobilité" de Stany Cambot, éditions Eterotopia FRANCE

Lire la suite

♦ #2 Tournée du MKN-VAN avec la Fanzinothèque de Poitiers dans le pays Brionnais

Du 15 au 21 mai, la Fanzinothèque mobile et le MKN-VAN ont été en territoire Brionnais pour créer un Fanzine avec les lycéens (lycée Augustin Boismard), faire une exposition, de la sérigraphie et des diffusions de nos films avec le MKN-VAN.

Lire la suite

♦ "Ecoute le galop de ta maison qui approche", épisode 2 : Foire Foris Forum et buffet de la gare.



Lire la suite

♦ "Écoute le galop de ta maison qui approche", épisode 01 : 1860-3066 Construction de la ligne Brionne San-Francisco


Lire la suite

♦ Flamanville - Base vie des Pieux

Nous retrouvons Paulo le dimanche après-midi devant l’entrée principale de la base vie des Pieux. Nous parcourons les allées avec lui, entourées des 196 mobil-homes installés par l’AIE sur cet ancien parking communal, pour loger les ouvriers en déplacement sur le chantier de l’EPR. Chaque mobil-home comporte deux chambres ; tous les résidents vivent donc en colocation. Les « bungalows », comme les appelle Paulo, sont tous identiques : « comme ça il n’y a pas de jalousie ! », nous dit-il en riant.

Lire la suite

♦ Soirée de projection de films à la forgette

C’est à la Forgette que nous retrouvons ce soir là les ouvriers du chantier de l’EPR (Réacteur pressurisé européen). La Forgette, bar situé aux Pieux à 5 Km de Flamanville. La Forgette aussi, où nous avions rencontré pour la première fois Cyrille, Gigi, Paulo, Mathieu et Eddy. À la Forgette encore, et grâce à Valérie, tenancière, que nous avons décidé d'organiser une soirée de projection de nos films. L’occasion pour nous de faire connaître notre travail, de rencontrer de nouvelles personnes, de mieux comprendre leurs situations.

Lire la suite

Makhnovtchina / cycle urbanismes combattants
atelier cartographique de campagne


stany cambot / échelle inconnue
www.echelleinconnue.net mel@echelleinconnue.net


propulsé par DotClear