La fabrique du nomade. Le territoire des chassés

Ne cédons pas au fantasme des "Fils du vent" à moins que nous ne désirions qualifier ce vent : un souffle de pelleteuse encadrée de policiers.

Les Rroms ne sont pas nomades, ils le deviennent. Et ce sont étrangement les déraisons d'état qui les poussent, un peu plus loin, toujours.

Tel fut le cas à Villeurbanne quand la police rasa ce qui était, en 2007, le plus grand bidonville de France. Tel sera le cas de celui installé quartier de l'Eure au Havre. N'en restera, ici comme ailleurs, que quelques débris, vêtements, ustensiles et meubles de fortune abandonnés derrière eux par les sinistrés de la violence urbaine. On ne déménage pas d'un bidonville !

A Villeurbanne nous arrivions après la guerre et dressions avec les rescapés des cartes, archéologies de notre présent pour en comprendre l'histoire.



Hypothèse 3 du projet Smala
Une ville détruite par des hommes en uniforme

Film (19'50) réalisé à partir d'un diptyque vidéo conçu, monté et présenté à Villeurbanne, dans le cadre du projet Phare, organisé par le KompleXKapharnaüm en 2009.

Version française ci dessus, version roumaine ci dessous.


Au Havre, c'est avant la guerre que nous mettons pieds dans le bidonville. Et assistons, comme en direct, à la fabrique administrative du nomade. Procédure d'expulsion, centre de rétention, départ, retour... ballet à rendre fou au son de l'orchestre de l'état. Cartographier, photographier est trop peu. Aménager l'enfer trop raisonnable face aux déraisons officielles. Alors, nous tenterons d'équiper le mouvement de ceux qui rejoignent la cohorte des mobiles et déplacés.