Comme si je vous disais qu'à à Paris en 1917, au lendemain du traité de Brest Litovsk, qui laissait l'Ukraine aux Allemands, Français et Anglais arrangeaient le démembrement de la Russie en zones d’influence : à l’Angleterre les provinces baltes et le pétrole du Caucase ; à la France l’Ukraine et les rives de la Mer Noire dont Odessa et la Crimée.

Comme si je vous disais qu'un certain Clémenceau délaissait déjà le front de l'ouest pour s'engager aux côtés de l'armée blanche de Dénikine dans le combat contre le nouvel ennemi : les soviets.

Comme si je vous disais que bientôt l’insurrection paysanne ukrainienne se trouva prise en étau entre les troupes de l'armée blanche et ses alliés (français entre autre) et l'armée rouge.

Comme si je vous redisais que l'histoire hoquette sur l'amnésie organisée en guerre froide et que les premières victimes de sa mâchoire se font aussi tabasser ici parce qu'elles portent un drapeau noir et refusent la logique binaire qui conduit à la guerre.

Comme si je vous disais que cependant l'histoire est un territoire au travers duquel on est libre de choisir son chemin et préférer à Denikine, Clémenceau ou Lénine, les mutins de la marine française en Crimée, ou les Makhnovistes.

Comme si je vous disais que les logiques binaires ne sont bonnes qu'aux ordinateurs ou à ceux qui, enlisés dans leur absurde guerre au terrorisme et à l'ennemi intérieur, préfèrent voir un mur franc découper le monde en amis et ennemis.

Mais je ne suis qu'un artiste de Variétés et ne peux rien dire qui ne puisse être dit "de variétés" alors : « la nouvelle couche de neige nettoie les rues, les toits et les arbres de Moscou que sa fonte avait laissé à la crasse et bientôt, un paysan anarchiste ukrainien quémandera un poste d’intérimaire aux usines Renault de Cléon quand d'autres artistes pleureront sur les planches les morts de tout poil de la place Maïdan »

(1) C'est en l'honneur du courage dont fit preuve ce corps de l'armée coloniale face à l'armée russe pendant la guerre de Crimée (1854-1855) sous le commandement de Saint-Arnaud (qui s'illustra auparavant en Algérie et à l'assemblée(+) que fut élevée la statue du Zouave du pont de l'Alma. Ce corps d'armée ayant été dissout après la révolution algérienne le pont de l'Alma devra emprunter son modèle à un autre corps de l'armée colonial encore en exercice (ici un spahis)