À la recherche de ces espaces autoconstruits sous une pluie battante, nous passons devant un petit quartier improvisé : cabanes, caravanes derrières leurs extensions, jardins, chiens et clôtures.

Un chien appelle son maître. Nous attendons derrière la grille. Nous lui présentons notre dernier journal, expliquons notre présence et entrons. « Voyez, vous entrez dans notre maison aérienne ! ». A droite une caravane et ses extensions en bois. A gauche, la tonnelle, sous laquelle nous sommes invités à nous protéger de la pluie. Derrière, le jardin d'un côté, le potager de l'autre. Entre les deux, un bloc sanitaire. Et puis de l'autre côté de la route, le bateau, première partie de cette maison éclatée en constellation.

C'est avec le bateau que tout à commencé. Lui était plaisancier, elle, fille de marinier. Et c'est pour ne pas avoir à garer leur bateau dans un port, qu'il leur fallait une cahute pour le garer. Ce terrain était à vendre, il l'ont acheté. Et puis petit à petit, ils sont venus s'installer ici.

Il regarde le journal et tombe sur la rubrique « Teardrop », il s'exclame : « Ah ! mais j'en ai fabriqué une plus jeune. Elle était tirée par une mobylette... J'ai aussi conçu un Side-car... Il y a 27 ans... D'ailleurs il est arrivé 3ème lors du Tour de France des Side-car. J'en ai même vendu une trentaine. J'ai fait les plans et c'est une entreprise en sous-traitance - spécialisé dans les bateaux - à Tours, qui les a fabriqué. Vous voulez voir les photos ? »

Là encore, ils ont réalisé l'ensemble des travaux eux-mêmes. « Si vous n'êtes pas débrouillard, c'est compliqué d'habiter ce genre de maison.. L'avantage aussi pour nous, c'est que nous avons tout les réseaux, d'eau et d'électricité. On a même internet... Notre voisin, en revanche, c'est plus compliqué pour lui. Il est âgé et n'a ni eau, ni électricité !

Vous voyiez le terrain à l'entrée, et bien c'est grâce à ça qu'il arrive à se faire un peu de sous. Il vend ses légumes, en direct, aux gens du coin. C'est un monsieur qui a le minimum vieillesse, alors son jardin lui permet d'avoir un complément. »

La pluie ne s'arrête pas, il est difficile de poursuivre la conversation. Nous sommes invités à revenir discuter de tout ça, le temps d'un barbecue au soleil !