En France c'est invariable, imprononçable par les bouches effrayées après lecture de l'article que Wikipédia lui consacre. Pensez donc ! Une révolution autre que la nôtre, la seule, la vraie, 1789 !

À Moscou encore davantage. « Pouvez-vous m'expliquer ce titre ? », « Faut oublier ! ça évoque trop de choses ici, ça a mauvaise réputation ».

S'expliquer comme l'on demande toujours aux histoires des vaincus ; à celle-là qui plus est, vaincue de toute part, écrasée entre les mâchoires est et ouest de l'Europe. Pour un peu c'est sur ses restes qu'on dresserait la table d'une réconciliation des belligérants, France, Russie qui s'arrachaient en 1922 sa dépouille.

« Ça complique. Le rapport entre ville mobile et caravane insurrectionnelle est long à expliquer ».

Alors, expliquons-nous. Pourquoi ce titre ?

Oui, le rapprochement de cette histoire et de ce présent est proprement surréaliste (comme la rencontre fortuite d'une machine à coudre et d'un parapluie sur une table de dissection). À l'instar du surréalisme c'est de ce rapprochement d'un mode de ville, mobile, et d'un des rares événements politiques basé sur le mouvement, que peuvent émerger de nouvelles réalités surpassant le réel, que nous appellerons provisoirement futurs.

Pourquoi ce titre ?

Les situationnistes, Debord en tête, consacrèrent à la Makhnovtchina de nombreuses pages et une chanson. Est-ce un hasard si ceux qui voyaient dans la transformation urbaine la promesse du changement radical, s’intéressèrent tant à ce qui « défigura le visage de la guerre » remplaçant infanterie, artillerie et même cavalerie par une armée de charrettes paysannes équipées de mitrailleuses ? Comme quoi, même si les Situs, digérés par l'estomac de la branchitude, n'effraient plus personne. Citer leur source leur rend leur dangerosité intellectuelle.

Pourquoi ce titre ?

Parce que nous sommes si bien nés que c'est dans l'usine où Makhno mourut qu'un de nos pères travailla toute sa vie.

Pourquoi ce titre ?

Parce que les futurs désirables sommeillent encore dans les fosses communes de l'histoire. Après « Nulle part » (traduction littérale du roman de Thomas More qui en son temps eu si peu la cote qu'il en fut décapité pour raison politique), « Black bloc », « Smala » la ville détruite par l'armée coloniale française, « Makhnovtchina » ; sans doute continuerons-nous à ressusciter nos histoires mortes : la Barcelone insurgée de la guerre civile, les Montoneros assassinés de la dictature argentine, et les autres encore; futurs non avenus qui façonnent notre présent. " Car nous nous devons d'être responsables des enfants que nous n'avons pas eus*."

_*Salem Brahimi, Alger 2013