Ça a beau être stupide, il en sortira bien quelque chose. Alors tu continues et photographies tout ce que la ville compte de léger et mobile, enfermé que tu es dans ta langue d'étranger.

Un kiosque de livre, pour ainsi dire une armoire métallique vissée sur le trottoir, tu vises. Tu mets au point. Déclenches une fois, deux fois... S'en est déjà trop pour elle qui s'approche visiblement stressée. « Mais je suis en règle ! Dit-elle en montrant le badge épinglé sur sa poitrine. Ils m'ont déjà contrôlé. »

Contrôles ! Tel est l'autre nom de la campagne d'intranquillisation des « kiosquistes » lancée par la mairie. Normalisation du commerce de rue qui fut dans les années 90 l'outil autant que le fruit de la mutation économique.

C'est en 2010 que la mairie de Moscou entame cette chasse aux kiosques, incarnations de la troisième voie économique qui servie la transition mais qu'elle ne veut plus voir battre aujourd'hui le pavé.

Après la campagne de destruction massive d'il y a quelques années, chaque jour, un nouveau pas vers la « formalisation » est franchi. Au prétexte de la rénovation des passages souterrains, les kiosques « home made » qui y logeaient sont remplacés par une enfilade de vitrines derrières lesquelles les lots de deux mètres carrés sont en attente d'attribution. Les paires ou triplettes de toilettes chimiques publics gardées et entretenues par des femmes asiatiques font places aux automates Decaux. La dernière nouveauté municipale : un projet d'installation de nouveaux kiosques entièrement automatisés semblent vouloir marquer définitivement le passage du commerce à l'équipement public. Outre le lissage esthétique invoqué, c'est évidemment la disparition d'un certain type d'économie et de petits commerces (évoquant l'époque de transition et d'économie informelle) au profit de monopoles qui est visé.

Les solutions des Babouchka-britchka et de Oleg semblent, par leur plus grande légèreté encore, les seuls solutions possibles pour exercer.