Dieppe is out

Le patrimoine des riches c'est la pierre, celui des autres : le mouvement, le mobilier. C'est cette dimension réputée immatérielle du patrimoine qu'il s'agit d'explorer.

Le terme patrimoine est idéologique au sens ou Barthes l'entend : ce qui n'est pas ou plus pensé. En cela, il s'oppose à l'Histoire.

Nous proposons, au delà d'une traversée d'un lieu, une traversée du terme-même et de ce(ux) qu'il laisse au bord de sa route. Nous prêterons, au Pollet, une attention particulière non à ce qu'il reste mais à ce qui bouge ou a bougé. Explorer le mouvement comme une tradition.

Le Pollet n'est pas dans le Pollet mais Dieppe y est peut-être.

Le Pollet, bientôt et momentanément enclavé, sera appréhendé comme un panorama ou point de vue sur un territoire plus vaste. Appuyées sur un travail de recherche déjà réalisé, des questions s'esquissent : comment arrive-t-on ? Comment part-on ? Comment, malgré tout, ce quartier n'est pas figé mais traversé, comment il bouge et a bougé en partant des premiers grands chantiers urbains (le percement du chenal qui déplaça certains de ses habitants aux gobes puis des gobes vers… En somme, comment une ville est plus mouvante qu'elle ne l'imagine.

L'éphémère en mouvement. Il a aussi ce qui échappe à l’œil à force de voir. Ce qui ne compte pas parce que sa forme, déjà, dit sa disparition demain, dans une heure ou quelques mois. Ce qui circule, ceux qui circulent : les campings car, au bout, et leur dialogue inconnu avec le reste, l'épicerie mobile aussi, d'autres à découvrir ou inventer avec les gens du Pollet.

Le numérique, le GPS allié à l'image en mouvement en l’occurrence, peuvent dire la légende des lieux mais plus encore les lieux invisibles. C'est la promenade possible que l'on pourra faire tractant ou suivant le Niglo Blaster en partant du centre d'un monde : le Pollet.

Sans être un fablab, le fonctionnement du système tout comme les contenus seront présentés, expliqués en somme, désacralisés et proposés à l'augmentation par les habitants au cours de réunions publiques.


Le Nigloblaster est un dispositif forain, « manouche, voyageur même, carrément ! » permettant de sous-titrer l'espace. Il diffuse la légende (ce qui est digne d’être conté) de la carte, jusque là, impossible de la mobilité. Prototype re-designé du véhicule utilisé quotidiennement par nos voisins Voyageurs Nito et Timothé (une carriole surdimensionnée, équipée d'enceintes tractée par leur vélo), le Nigloblaster diffuse dans l'espace urbain vidéos, textes, chansons, témoignages et entretiens des personnes rencontrées et connaisseuses de cette ville invisible, méconnue et peut-être tue qu'est « Dieppe mobile ». Équipé d'un système GPS il permet de géolocaliser sons et vidéos recomposant le montage en fonction du parcours, cutup d'images ou d'entretiens tournés sur place comme de found footage ou d'images amateurs récupérées lors de collectes auprès des habitants. La technique GPS n'est pas envisagée ici comme un gadget ou un nouvel avatar de l'innovation mais bien comme l'outil et le média permettant d'interroger et de ré-envisager le rapport de « l'image » à son milieu.

En somme, le Nigloblaster vise à devenir un lecteur de ville. Il pourra ultérieurement être prêté au public.

EN PRATIQUE :

À l'issue des 7 mois de résidence, Echelle Inconnue et les participants du projets auront développé une visite singulière du Pollet à partir d'un outil numérique géolocalisé.

CONFÉRENCE DE PRESSE ET INAUGURATION DU PROJET :

Jeudi 11 février 2016 : conférence de presse à 14h dans les locaux de Dieppe Ville d’Art et d’Histoire (PLACE LOUIS VITET, 76200 DIEPPE).

Samedi 13 février 2016 :

15h à Dieppe Ville d’Art et d’Histoire : conférence de Stany Cambot « Revanche patrimoniale : création de monuments populaires diffus ».

17h : Inauguration festive du Nigloblaster, du patrimoine « mobilier » d’un quartier et de ses habitants.

Lancement des réservations pour effectuer la visite seul ou à plusieurs.