Kimberly et Priscilla sont cousines. 18 ans toutes deux, Voyageuses, elles viennent du 95. Kimberly a vécu avec sa mère, en caravane, en pavillon et en appartement mais elle préfère la vie en caravane. « Les avantages c'est d'être dehors et d'être avec les gens. ».

Nous rencontrons Marie pour la première fois. Il y a 25 ans, son mari, artisan, avait un chantier dans le coin. C'est comme ça qu'ils ont atterri au camping. Ils ne voulaient surtout pas vivre en HLM, rêvaient de pavillon mais n'avaient pas les moyens. Alors ils sont restés ici. Elle et son fils Dylan nous montrent des photos du camping avant qu'il ne soit abandonné par la propriétaire, plus fleuri, mieux entretenu. D'autres images montrent une partie du terrain entièrement inondée en 92 et en 94, avec des passerelles improvisées pour accéder aux mobiles homes.

Depuis la coupure d'eau, la santé de Marie s'est dégradée. Elle a des plaques sur le corps et a fait 4 séjours à l'hôpital. Elle marche à l'aide d'une canne et notre venue l'a rendue très émotive. Marie déteste la manière dont s'est transformé le camping. Celle aussi dont la mairie divise, donne des bidons d'eau à l'un, mais refuse d'aider les autres, les obligeant à aller remplir des cuves à la bouche incendie. Elle regarde le film. Mais Marie ne partage pas tout à fait l'opinion de Kevin en ce qui concerne ce qui s'est passé avec la propriétaire. Pour elle, les charges n'étaient pas si chères, mais surtout elle est nostalgique du camping d'avant, du confort perdu, de l'eau, des toilettes nettoyées 2 fois par semaine, du terrain entretenu par les propriétaires, des APL…

Aujourd'hui, c'est jour de visite, le frère de Priscilla et celui de Lucille sont là. Il y a aussi Nathan, le neveu de Kevin, qui a quitté le camping avec sa mère pour un appartement à Limetz. Pendant qu'il fait des tours à vélo, Bouboule, Dylan et un autre type boivent une bière au soleil. Ils ont voulu voir le film de Kevin et l'ont beaucoup aimé. Ils ont posé beaucoup de questions, sur le film, sur Echelle Inconnue, sur notre venue… Visiblement intéressés, ils ont tous pris des journaux. Lucille, pourtant distante depuis le départ de son mari, était aussi contente de voir le film. On beaucoup parlé et elle semble avoir hâte de voir le sien.


Des échecs ou la révolution from Echelle Inconnue on Vimeo.

Finalement, sur le camping, tous veulent faire un film ! « Tu veux le faire toi ? Le truc du film ? Bah si ça peut aider pour l'eau... ».

Nous avons proposer l'organisation d'une séance foraine du Doctorat Sauvage En Architecture sur le camping. Une séance dédiée au droit, et plus particulièrement à l’accès aux réseaux et aux fluides. C'est Lucille qui nous propose de prendre son numéro de téléphone pour qu'on puisse la contacter dès qu'on aura du nouveau avec l'avocat pressenti pour cette rencontre. « 15h30 comme horaire, et le plus vite possible ! ».