makhnovtchina

Makhnovtchina est un projet adisciplinaire et forain qui vise à expérimenter, co-naître et cartographier (sur tous types de supports) la ville mobile avec ceux qui la vivent ainsi qu'à outiller des situations critiques - ou les espaces produits par la Métropole – en Haute-Normandie et à l'Est de l'Europe (Russie / Moldavie).




♦ Soirées de projection à Limay et Gennevilliers

Dernière semaine avant les fêtes de fin d'année, il est temps pour nous de présenter notre travail final sur les ports de Limay et Gennevilliers. Nous projetons dans des lieux propres au film "Le port, les monstres" : AMF, l'aire d'accueil et le Rendez-vous des chauffeurs.

Lire la suite

♦ Projection au camping Les Tourterelles à Flamanville

Nous partons en direction du camping "Les Tourterelles" à Flamanville pour projeter des films avec le camion-cinéma début décembre. Nous sommes accueillis par le gérant qui vient regarder les films. Le camping est silencieux, peu de monde. Ce jour-ci les ouvriers semblent finir le travail plus tard que d'habitude. Quelques voitures passent à côté de nous en freinant puis quittent le camping. Quelques ouvriers ont quant à eux regardé les films depuis les fenêtres de leur mobile-home location.

Le gérant nous propose de venir aux beaux jours sur des périodes plus longues où nous pourrons habiter le lieu et rencontrer les ouvriers. Pendant les projections, nous discutons avec lui. Il nous indique que le camping est autonome vis-à-vis de l'AIE. Sur celui-ci, il n'y a pas de base-vie. D'autre part, il nous informe que 1700 ouvriers arriveront au printemps pour le grand carénage de l'usine nucléaire en fonctionnement (en plus des 5000 ouvriers déjà sur site pour le chantier de l'EPR). Il ne sait pas encore comment ils seront logés puisque les installations existantes comme son camping sont déjà saturées.

Avant de rentrer sur Rouen, nous retournons à la Forgette (voir l'article associé). Nous avons revu Gigi, la patronne du bar, et rencontré Pierre qui vit en camion dans un champ. Il est contrôleur de soudure. Il souhaite voir notre dernier film réalisé en Russie et est curieux des cités de garages que nous explorons en ce moment. En effet, le film lui pose des questions liées à son métier, notamment sur le contrôle qualité des pièces livrées à l'usine Kamaz par les ouvriers de la cité de garages. Pierre connaît un ouvrier dont le métier est scaphandrier. Avec le bruit, nous ne saisissons pas tout mais Gigi pourra faire l'intermédiaire afin de le rencontrer et en savoir davantage. Dans le bar, nous revoyons les ouvriers qui étaient partis du camping une heure plus tôt. Ils osent alors discuter avec nous. Nous les informons que nous réalisons un film et que nous reviendrons au printemps.

Nous partons manger une pizza avant de reprendre la route. Le pizzaiolo nous indique que nous pourrons mettre le camion-cinéma à côté du sien sur la place du marché à Flamanville où vont tous les gars du camping. Il y a une heure trente d'attente. Cela sera l'occasion de discuter des films en attendant sa pizza.

♦ Attention ! Le film est une arme !

Modèle de caméra-fusil développé par le cinéaste Alexandre Medvedkine, également auteur du ciné-train qui parcourra l’URSS au cours de l’année 1932.







Caméra bricolée par ses soins lorsqu’il travaillait au front, elle lui permet de filmer d’une manière inédite la Deuxième Guerre mondiale : il recrute des soldats volontaires parmi les bataillons disciplinaires et forme des équipes de deux à trois personnes dont une à qui il confit une de ces fameuses caméras, dont le manche est celui d’un fusil. Deux d’entre eux pouvaient alors capturer un Allemand pendant que le troisième filmait. Cette technique lui permet d’une part d’être au cœur de l’action et au plus proche de la réalité, les soldats en question pouvant ainsi filmer leur « cible ». D’autre part, c’est un moyen d’outiller les soldats et de les laisser maîtres de leurs images ; acteurs de la guerre, mais aussi de ses représentations.



Cette anecdote est racontée par Chris Marker dans son film adressé à Medvedkine, « Le tombeau d’Alexandre », à la cinquième lettre.

« Mais il fallait bien que tu inventes une façon inédite de filmer la guerre. Et l’image du pêcheur chinois allait réapparaître sur fond de bataille, car cette fois, c’est aux soldats que tu apprendrais à pêcher. »

♦ Extrait du film "Le port les monstres"

Voici un extrait du film "Le Port les monstres" tourné avec Claude qui a une entreprise de camions et qui est tractionnaire pour GDE. Nous avons fait avec lui la route de GDE Gennevilliers à GDE Limay, Cette étape de travail a ensuite été diffusée sur l'aire d'accueil de Limay au dos de notre camion cinéma ( lire l'article ).

♦ AXE SEINE - Transit historique

Au fil du fleuve et du temps : Gennevilliers et Limay, deux villes industrielles et portuaires où viennent se caser vi(ll)es mobiles et transitoires.

♦ L'apocalypse a-t-elle déjà eu lieu ? А может, апокалипсис уже случился?

Dans les cités de garages de Nabrejnie Tchelny,Tatarstan.
ГСК в Набережных Челнах, Татарстан.


Pour afficher les sous-titres cliquer sur l'icone "CC" en bas à gauche du player

La démographie parle d'elle-même : 37 925 habitants en 1970, 522 048 en 2015. C'est l'installation de l'usine de camion KAMAZ qui a marqué le développement de la ville. Comme souvent dans l'histoire de l'urbanisme soviétique l'implantation industrielle préside au devenir ville d'un territoire. Mais voilà, les coups portés à l'économie russe des années 90 on marqué un certain déclin de la production. C'est une autre économie qui s'invente dans la pénombre des garages.

post précédent

Демография говорит сама за себя: 37 925 жителей в 1970 году, 522 048 жителя в 2015. Строительство завода КАМАЗ дало толчок для развития города. Как часто происходило в истории советского градостроительства предприятие стало градообразующим. Но в 90-е годы производство идёт на спад. И экономика возрождается в сумеречном мире гаражей.

♦ Soirée projection de films à l'aire d'accueil de Limay : « C’est pas mal votre film, mais quand même il manque quelque chose... »

Nous arrivons un jeudi soir à Limay avec le MKN-VAN pour présenter l’avancée de notre travail dans les ports de Limay et de Gennevilliers. Valérie, responsable du Pôle Habitat à l’ADVOG, nous accompagne. Nous nous dirigeons tout d’abord vers des terrains situés au sud de la ville, habités par des Voyageurs dont l’expansion du port va provoquer l’expulsion. Un jeune garçon nous invite à le suivre. « Mes parents, mes frères, tout le monde travaille la ferraille ici ! Moi aussi, déjà, je commence avec mon père ! » Le terrain où il habite est situé au bout d’un chemin le long duquel caravanes et caisses aménagées se succèdent, urbanisation caractéristique de cette lisière portuaire. « Certaines personnes sont installées ici depuis plus de 20 ans ! » Arrivés sur le terrain, plusieurs personnes viennent à notre rencontre et nous proposent de garer le camion au centre du terrain pour projeter quelques films. Puis une femme se joint au groupe : « Nous n’avons rien à vous montrer, c’est un terrain privé ici, veuillez sortir maintenant ! » Un des fils vient nous retrouver à l’extérieur avec sa copine. Ils nous expliquent : « La ferraille, c’est tabou ! »

Nous nous rendons alors sur l’aire d’accueil de Limay, où nous avions déjà fait la connaissance de Teddy et Johnny, jeunes ferrailleurs qui nous avaient alors proposé de les accompagner dans une tournée nocturne des encombrants. Nous installons le MKN-VAN à l’entrée de l’aire d’accueil, l’écran déployé vers les caravanes. Au programme : notre entretien avec Claude, chauffeur routier travaillant comme transporteur pour l'entreprise de recyclage GDE, avec qui nous avions fait la route « GDE Gennevilliers - GDE Limay » afin de livrer de la ferraille il y a quelques semaines et des images d’archives concernant l’extension du port de Limay et les réunions de concertation la concernant. Une vingtaine de personnes rejoignent cette projection improvisée. Tous sont enthousiastes par le camion, les films, le sujet de la ferraille et des usines du port qui les entourent. Un jeune homme s’installe sur un muret près du camion pour jouer de la guitare. « C’est un Reinhardt ! » nous dit sa mère.


Lire la suite

♦ Soirée projection de films et rencontre avec le routier Claude - entre Gennevilliers et Limay

À mesure de nos recherches et de nos rencontres, le projet a pris une direction particulière : celle de la ferraille. Son trajet est mis en lumière ici, notamment entre deux ports importants d'Ile-de-France, celui de Limay et de Gennevilliers. L'histoire de ceux qui créent et travaillent la ferraille, mais aussi de ceux qui la transportent, routiers et mariniers, est racontée. Une forme de livre se crée, reliée par un fil métallique réunissant différents types de ferrailleurs, retraçant leurs parcours des encombrants jusqu'aux entreprises de recyclages telles que GDE ou Alpa et au fil de l'eau.

Lire la suite

♦ Gennevilliers - De la cité 51 au Tremplin Sud


Le travail ici s'articule autour des traces du passé des anciennes cités de transit de Gennevilliers, notamment la cité 9 et la cité 51. Ces dernières ont perduré pendant plus de vingt ans, de 1965 à 1987. Vous trouverez sur le journal un historique de ces cités. Aujourd'hui, nous sommes partis découvrir celle du numéro 51 de la Route du Port.

Lire la suite

♦ #camping numérique : Quinzaine de création d'un tuto sur la construction d'une éolienne et d'une climatisation

Pendant deux semaines nous avons installé le MKN-VAN à côté du camion de Jean-Charles et Christine, pour réaliser avec eux un tutoriel sur la construction d’une éolienne et d’une climatisation sous le regard bienveillant d'un dragon de feuilles.

Lire la suite

♦ Vingt ans de cités provisoires

Axe Seine : le Port de Gennevilliers

Alain Bourgarel est l’auteur de l’ouvrage « Les cités de transit du Port de Gennevilliers 1965-1987 », Société d’histoire de Gennevilliers n°11 – avril 2016. Il a été instituteur pendant 20 ans dans les écoles installées près des deux cités de transit du Port de Gennevilliers. Il commence notre rencontre par nous interpeller sur le terme de provisoire. « C’est une notion qui a un caractère très pernicieux. Ici, à Gennevilliers, on a collé cette étiquette de « provisoire » aux habitants des cités de transit. Elles ont perduré pendant plus de vingt ans... »

Lire la suite

♦ « La Russie n’est pas Moscou ! » nous dit-il. Alors, nous quittons Shanghaï pour Grenade.

Du principal « massif de garages » de Moscou, Shanghaï, nous roulons pour NabrejnieTchelny entre la vallée moyenne de la Volga et l'avant-pays ouralien au Tatarstan. De là, nous gagnerons Kazan la capitale, puis Oulianovsk et enfin Dimitrovgrad.

Nous roulons sur les lignes de la carte périmée d’un pays qui n’existe plus. Et qui, en son temps, s’étendait vers l’est en plantant des unités de production autour desquelles il bâtissait des villes et des immeubles (parfois à côté des villes d’une carte plus ancienne encore) autour desquels poussaient à leur tour des massifs de garages. Villes du pétrole, de l’atome, de l’industrie automobile réfugiée ici pendant la grande guerre patriotique pour échapper à l’invasion allemande.

Les immeubles sont encore là. Officiellement l’industrie aussi. mais à bas régime ou tout au moins sous un autre régime. Alors les massifs de garages quittent le quai, prennent leur autonomie et passent peu à peu de lieux de bricolage à l’économie de survie pour devenir lieux de productions indépendants. À la pauvreté héritée de l’apocalypse économique des années 90 répond l’invention. Officiellement l’industrie subsiste oui. Mais les pièces détachées sont produites ici dans le ventre de la bête urbaine mutante qui alimente tous les fantasmes.

Voilà longtemps que ces garages ont poussé; aujourd’hui c’est l’heure de leur mue.

Nous venons toucher les écailles du dragon dont la peau affleure ici à Nabrejnye Tchelny dans la cité de Grenade.

♦ Villes Foraines

Un film réalisé à partir d'extraits du livre "Villes Nomades. Histoires Clandestines de la mobilité" de Stany Cambot, éditions Eterotopia FRANCE

Lire la suite

♦ #2 Tournée du MKN-VAN avec la Fanzinothèque de Poitiers dans le pays Brionnais

Du 15 au 21 mai, la Fanzinothèque mobile et le MKN-VAN ont été en territoire Brionnais pour créer un Fanzine avec les lycéens (lycée Augustin Boismard), faire une exposition, de la sérigraphie et des diffusions de nos films avec le MKN-VAN.

Lire la suite

♦ "Ecoute le galop de ta maison qui approche", épisode 2 : Foire Foris Forum et buffet de la gare.



Lire la suite

Makhnovtchina / cycle urbanismes combattants
atelier cartographique de campagne


stany cambot / échelle inconnue
www.echelleinconnue.net mel@echelleinconnue.net


propulsé par DotClear