C'est en échangeant quelques tweet, avec Benoit Vochelet journaliste et Môsieur J photographe, au sujet de l'expulsion des Voyageurs de l'île Lacroix ; qu'est, comme par capillarité, remonté un fragment d'histoire littéraire mais aussi locale.

-"Il est temps de relire Les Bohémiens de Flaubert et cette "haine des bourgeois de Rouen" #livre" m'écrivait le premier avant, qu'aussitôt, le second ne réponde :
-" flaubert.univ-rouen.fr/correspondance/conard/outils/1867.htm … À George Sand. Croisset, vers le 15 juin 1867. "

Ainsi à trois et en 140 caractères parvint-on à réécrire l'histoire dans l'espoir de libérer le futur grâce à l'éternel présent contenu dans ces quelques lignes de Flaubert à Sand :

"Aimez-vous la préface de Victor Hugo à Paris-Guide ? Pas trop, n’est-ce pas ? La philosophie d’Hugo me semble toujours vague.

      Je me suis pâmé, il y a huit jours, devant un campement de Bohémiens qui s’étaient établis à Rouen. Voilà la troisième fois que j’en vois et toujours avec un nouveau plaisir. L’admirable, c’est qu’ils excitaient la haine des bourgeois, bien qu’inoffensifs comme des moutons.

      Je me suis fait très mal voir de la foule en leur donnant quelques sols, et j’ai entendu de jolis mots à la prud’homme. Cette haine-là tient à quelque chose de très profond et de complexe. On la retrouve chez tous les gens d’ordre.

      C’est la haine que l’on porte au bédouin, à l’hérétique, au philosophe, au solitaire, au poète, et il y a de la peur dans cette haine. Moi qui suis toujours pour les minorités, elle m’exaspère. Il est vrai que beaucoup de choses m’exaspèrent. Du jour où je ne serai plus indigné, je tomberai à plat, comme une poupée à qui on retire son bâton.

      Ainsi, le pal qui m’a soutenu cet hiver, c’était l’indignation que j’avais contre notre grand historien national, M. Thiers, lequel était passé à l’état de demi-dieu, et la brochure Trochu, et l’éternel Changarnier revenant sur l’eau. Dieu merci, le délire de l’Exposition nous a délivrés momentanément de ces grands hommes !"