makhnovtchina

Makhnovtchina est un projet adisciplinaire et forain qui vise à expérimenter, co-naître et cartographier (sur tous types de supports) la ville mobile avec ceux qui la vivent ainsi qu'à outiller des situations critiques - ou les espaces produits par la Métropole – en Haute-Normandie et à l'Est de l'Europe (Russie / Moldavie).




♦ AXE SEINE - Transit historique

Au fil du fleuve et du temps : Gennevilliers et Limay, deux villes industrielles et portuaires où viennent se caser vi(ll)es mobiles et transitoires.

♦ Gennevilliers - De la cité 51 au Tremplin Sud


Le travail ici s'articule autour des traces du passé des anciennes cités de transit de Gennevilliers, notamment la cité 9 et la cité 51. Ces dernières ont perduré pendant plus de vingt ans, de 1965 à 1987. Vous trouverez sur le journal un historique de ces cités. Aujourd'hui, nous sommes partis découvrir celle du numéro 51 de la Route du Port.

Lire la suite

♦ Vingt ans de cités provisoires

Axe Seine : le Port de Gennevilliers

Alain Bourgarel est l’auteur de l’ouvrage « Les cités de transit du Port de Gennevilliers 1965-1987 », Société d’histoire de Gennevilliers n°11 – avril 2016. Il a été instituteur pendant 20 ans dans les écoles installées près des deux cités de transit du Port de Gennevilliers. Il commence notre rencontre par nous interpeller sur le terme de provisoire. « C’est une notion qui a un caractère très pernicieux. Ici, à Gennevilliers, on a collé cette étiquette de « provisoire » aux habitants des cités de transit. Elles ont perduré pendant plus de vingt ans... »

Lire la suite

♦ "Écoute le galop de ta maison qui approche", épisode 01 : 1860-3066 Construction de la ligne Brionne San-Francisco


Lire la suite

♦ Triptyque forain (2) : Digressions sur les mouvements de la presque île

Dans le lointain : ne plus voir la foire, l’ex-pulsion de la ville.

Sur les quais de Rouen, on enterre les cadavres du souvenir. Tout se revêt d’une propreté immaculée, impeccable. L’opération est impulsée par la Métropole Rouen Normandie et la Ville de Rouen : « Reconquête des quais de Seine ». Les grands travaux d’aménagement déposent un voile sacré sur la saleté. Une pelouse arboré remplace soudainement les anciens parkings suants l’huile moteur ; les rares hangars restants, rouillés et grinçants, deviennent, sous un fard de street art, l’épaule culturelle de la ville moderne ; la foire n’y est plus la bien-venue, et se retrouve peu à peu, acculée sur la presque-île Waddington, la fin de la rive droite. On déroule un tapis rouge pour le promeneur fort-avisé, de se rendre pour sa promenade, le long des quais. Alors on tasse, on déblai et on rabote derrière les oreilles du souvenir. Et puis la ville veut avancer. Dans un sursaut de salubrité publique, la ville Métropolitaine essaye de re-prendre possession de sa non-ville, et fleurit sur ses déchets. À l’ouest poussent les nouveaux éco-quartiers Flaubert et Lucilline, sur des terres nécrosées par des ères industrielles : l’habitat bio, logique éco-normique. Les derniers grands projets immobiliers y écrasent la crasse : rive gauche, le Hangar 106, scène de la musique Actuelle, le prochain Hangar 107, bureaux, restaurants, crèche et salle d’exposition, le Hangar 108, futur Hotel de Métropole, le ‘parc’ de la presqu’île Rollet ; rive droite, le panorama XXL, les Docks 76, centre Commercial et de Loisirs, le palais des sports Kindarena, les Hangars 9, 10, 11, lieux de consommation de nourriture, de sports et de séminaires, le hangar 23, lieu de musiques et danses du Monde, un appel à projet sur le Chai à Vin, la démolition partielle du Hangar 13 abritant le Musée Maritime, Fluvial et Portuaire, la démolition totale des Hangars 15 et 16…

Alors après les déboires et l’annulation de la précédente édition (2015), on relègue la Fête au bout des quais. La presque-île Waddington devient l’esplanade Saint Gervais, plateforme événementielle du temporaire encadré : concerts, cirques, et nouvellement, le dé-ménagement de la foire St Romain…

Lire la suite

♦ Bagdad Palace

Un havre pour les "Candidats au voyage".

Bagdad Palace from Echelle Inconnue on Vimeo.

♦ Crash-test du Nigloblaster

Première sortie du Nigloblaster 2.0 au Pollet le mercredi 29 juillet 2015

Lire la suite

♦ Les naufrageurs ignorent les troisiemes termes.

Dans un café de la capitale moldave, Chisinau (en russe Kichiniov) a l'approche des élections, rien ne semble perturber les conversations, préparatifs de fête, ni la diffusion sur l'un des écrans du Tucano café de la rue Pouchkine, du Cercle des poètes disparus. Les images se bousculent et se mêlent : un recoin de velours, de verre et de bois, deux mains fines qui s’activent sur une pompe à ballons, colorés. La couronne du Roi Lear, la neige nocturne, les lèvres gonflées - comme fendues - de la jeunesse et les pépins d’oranges moldaves presses.

Lire la suite

♦ Makhnovtchina ? Why this title ?

Why this title?

In France it is invariable, unpronounceable by mouths frightened after reading of the Wikipedia's article dedicated to it. Thus think! A revolution other than ours, the only one, the real, in 1789!

In Moscow it is even worse. "Can you explain why the title? "" Forget it! it evokes too much here, it has a bad reputation. "

Explain ! As always the vanquished must justify themselves. Maybe even more as it comes to Makhnovchina movement that was defeated on all sides, crushed between the jaws of the Red and the White armies.

So do we explain. Why this title?

Yes, the combination of Makhnovchina's history and Mobile city's history is truly surrealistic (as the "chance meeting on a dissecting table of a sewing machine and an umbrella"). Following the surrealism example, it is from the merger of a mobile city and of political events based on the mobility, that new realities, surpassing the reality, can emerge. We shall temporarily call them « future. »

Why this title?

The Situationists, Debord the first, devoted to Makhnovism many pages and a song. Is it a coincidence if those who saw in urban transformation the promise of radical changes, were also very much interested in Makhnovchina ? Isaac Babel once wrote that Makhnovchina "disfigured the face of war" when an army of peasant carts equipped with machine guns took the place of traditional cavalry, artillery etc. Speaking of the "Situs " (Debord and others) is quite legitimate but as soon as it comes to the topic they were discussing, that is to Makhnovchina as such, then problems arise.

Why this title?

The Russian economist Vladimir Radaev himself makes a link beetween Makhnovchina and informal economy. He sees in Makhno the father of the « informal » in Russia. For him, between the « Red's » ordered economy and the Whites' » formal market economy, the "Greens", under the leadership of Makhno, embodied the informal market economy. An alternative.

Why this title?

Because the father of one of our member has been working in the same company where Makhno worked and died.

Why this title?

Because desirables futures are still awaiting , burried in mass graves of history. We chose our projects' titles to revive dead histories. So did we with "Nowhere" (literal translation of Thomas More's novel title Utopia, who in his time had so little odds he was beheaded for political reasons), with "Black Bloc", with "Smala" (Abd-El-Kader Algerian city destroyed by the French colonial army), and with"Makhnovchina" . No doubt we will still use such titles to work on forgotten historical moments : insurgent Barcelona during civil war, Montoneros killed under the Argentine dictatorship, and others. Defeated futures that nevertheless shape our present times.

♦ Des caravanes dans l'espace #1 : les pays de la lune

"J'avois bien de la peine, quoique je me mordisse les lèvres, à m'empêcher de rire de ce Monde renversé, et cela fut cause que pour rompre cette burlesque pédagogie qui m'auroit sans doute fait éclater, je le suppliai de me dire ce qu'il entendoit par ce voyage de la Ville, dont tantôt il avoit parlé, et si les maisons et les murailles cheminoient. Il me répondit : « Entre nos Villes, cher étranger, il y en a de mobiles et de sédentaires; les mobiles, comme par exemple celle où nous sommes maintenant, sont faites comme je vais vous dire.

Lire la suite

♦ Kiosques

Héritage de la période soviétique, comme il est d'usage d'analyser tout ce qui se passe ici, ou pas. Moscou comme Chisinau sont les patries des « petits boulots » de service : concierge, vestiaire, ménage etc. Ces emplois ont leurs lieux : sous sol de musée, loge-cabine de concierge, cabanon de gardien à l'entrée des cours d'immeubles et parking, kiosque de marchands logés dans les passages sous-terrains ou les trottoirs. Toute une somme de construction de panneaux préfabriqués, de containers de tôle galvanisée et montants d'acier bleu. Un ensemble de micros espaces, plus ou moins sériés et à l'installation peu probablement planifiées.

Lire la suite

♦ Origines #1

J'en aurais presque oublié l'évidence : c'est ici qu'une partie des références de ce projet, et d’Échelle Inconnue même, se fondent. Du cinéma ambulant de Meddvedkine, au projet de « cars cinéma » de Rodchenko en passant par Maïakowski et les débats des constructivistes sur le « désurbanisme ».

projet de voiture cinéma par Alexandre Rodchenko

Lire la suite

♦ WESTERN ? Go west young men ! But not only.

Go west young men, tel était le titre de l'article du monde du 13 janvier 2014 signé par Sylvie Kauffmann et traitant de la mobilité des Européens. Ce titre, cite l'éditorial de 1865 du journaliste et candidat à la maison blanche Horace Greeley, incitant à l'expansion voire à la conquête de l'ouest entrevue comme une solution au chômage.

Ainsi peut-être, un inconscient candidat américain chuchote-t-il au cerveau des candidats roumains, rroms, moldaves... au départ vers l'Ouest où nous vivons. Le même Américain chuchote-t-il aux oreilles de nos élus pour qu'ils craignent jusqu'à s'en prémunir, la conquête de leur défunte Gaulle par une poignée de candidats à une vie meilleure venus de cette Europe que ces premiers appelaient de leurs vœux?

La dramaturgie politique a tôt fait de nous replonger dans sa forme la plus poussiéreuse et néanmoins désespérément efficace : la tragédie ; et ce, en empruntant à la forme qui dépoussiéra le genre à grand frais : le Western. Tragédie moderne, celui-ci nous accule et nous divise en deux (davantage n'est pas nécessaire, un seul bulletin entre dans l'urne). Il faut choisir et s'identifier, qui sommes-nous ? qui sont-ils dans ce duel binaire ? Voilà la partition imposée sur laquelle la république joue à grand renfort de pelleteuses et de chœur policier. Qui sommes-nous ? Indiens envahis ? Fermiers menacés ? Sherrifs élus ? Milice populaire ? Qui sont-ils ? Migrant de la conquête de l'ouest ? Cow boys salariés de grandes firmes ? Buffalo Bills décimant nos troupeaux ? Chinois du train? Hors la loi ?

Go west ! But not only.

Le mur nous aveugle encore, car c'est bien de ceux de l'autre côté du mur qu'il s'agit. La part maudite, ce bout d'Europe hier tampon de l'affrontement des deux puissances mondiales aujourd'hui candidat au rôle de bouclier anti-migratoire de l'union européenne. Cette petite Europe encore tampon sous la pression de ses deux côtés ; pressurée à en faire fuir ses plus légers, ses plus pauvres... vers l'Ouest ? Yes but not only. Les trajectoires migratoires sont multiples et étoilées. Des Moldaves (2 tiers de la population même) au Portugal en France mais aussi en Russie sur les chantiers aussi dans l'industrie du care tout autant.

Le jeu des chaises musicales n'est pas une tragédie, c'est une danse compliquée. Et c'est de l'autre côté du mur, ici, à Moscou, mais aussi en Moldavie que nous tentons d'en décrypter la partition et peut-être avec notre caravane, y attenter.

De ma fenêtre, je vois Moscou et sa puissance étalée, constitutive même. Mais je sais ici, dans le centre de cet Est, des gens vivants dans des garages. J'en sais aussi d'autres dans des habitats de fortunes le long des lignes de chemin de fer, d'autres encore dormant dans leur voiture, dans les rues de Moscou ;ici, comme de l'autre côté du mur, invisibles, oblitérés par la cécité volontaire.

Western ? Oui, si celui-ci n'est autre qu'une version du mur ne laissant voir que les cimes de grattes ciel et empêchent de voir la ville à ras de terre. Les murs ne séparent pas deux mondes comme on voudrait le croire mais sont au contraire les murs d'enceinte aveugles des villes insulaires que la métropolisation nous vante et appelle de ses vœux.

♦ Il faut réécrire l'histoire pour libérer le futur.

Cette phrase, que partageaient Kateb Yacine et Armand Gatti, et que nous tentons toujours de faire nôtre, est ressaisie de manière étonnante en haut de cette "colline aux tsiganes" de Moldavie.

La richesse semble ici feinte, en partie du moins. La boue des rues ou les épaves de limousines contredisent le faste visible des « palais ». À moins que la richesse ne soit pas investie dans ce qui nous semble habituel, normal et, qu'ici, une autre idée du luxe prévale. Une autre histoire et fonction de celle-ci semble prévaloir aussi.

Il y a, nous l'avons dit, dans cette salle sombre du palais de Sorocca, le thé, les tapisseries, le cognac et le Baron Cerari, roi des Rroms de Moldavie qui nous surplombe. Il y a nos questions mais surtout ses ou sa réponse, sans doute invariable, le message, l'histoire qu'il veut, à toute force peut-être, faire passer. Mythologie familiale, mythologie d'un peuple qui passerait, sans doute, pour hérétique, aux yeux du tsiganologue.

Le quartier n'est pas à l'image de la majorité des Rroms de Moldavie. Comment expliquez-vous la particularité de Sorroca ?

Alors Artur Cerari nous conte en certitude ce que tout guide touristique cite au conditionnel en parlant de la « colline aux tsiganes » : Cel Mare, manquant d'armes face aux Ottomans, aurait fait appel aux talents de forgeron des Rroms en échange de terres et de privilèges. Ainsi explique-t-il la richesse de sa famille qui traita avec le héros moldave.

Mais l'histoire ne s'arrête pas là, ce pacte, qui fit selon lui naître l'aristocratie rrom de Moldavie, n'est qu'un des moments de ce peuple élu. Le baron veut créer ici, une université de tsiganologie ! Pourquoi ? « Parce que vous savez que les Rroms détiennent de nombreux secrets, en médecine par exemple.

Comment appelez-vous les Rroms chez vous ? Gitans ?Tsiganes ? Manouches ? Ça signifie juste « homme » en romani. Sinti ? Oui c'est une autre branche qui part de l'inde par un autre chemin c'est pourquoi la langue est différente. »

Alors comme des enfants face à un vieux sage nous écoutons le conte.

Cerari, d'une voix profonde et posée, empoigne les savoirs constitués par les Gadgés tsiganologues, ethnologues, linguistes, historiens ; les malmène un peu, les tord, les adapte, les syncope.

Jésus est un Rrom comme les autres.

« Saviez-vous que les maître de Jésus envieux et dégoûtés de ses talents l'envoyèrent au Shamballa ? C'est là où il parfit ses connaissances avant de repartir vers la Palestine. Là le peuple élu se scinda en deux, d'une part, ceux qui s'inventèrent une langue propre pour préserver leur secret : les Juifs et les autres qui continuèrent de parler romani et arrivèrent plus tard en Europe suivant différents chemins : les Sinti. Voilà pourquoi, Roms, Tsiganes, Juifs, Templiers, Maçons, gardent et connaissent de nombreux secrets, venant de leur connaissance du fabuleux trésor des terres palestiniennes.

D'ailleurs, pour vous, la famille c'est le père ou la mère ? La mère ? Alors vous êtes plus proches des juifs, chez nous, c'est le père. »

La voix est toujours posée et enveloppante.

On hésite à considérer l'argument comme une re-fabrication théorique ou un numéro de prestidigitation. Un tour de passe passe qui reprend l'origine indienne des peuples Rroms, élaborée par les linguistes, pour la faire coller avec le christianisme pratiqué ici par le truchement de la cité mythique de Shamballa. Cité recherchée autant par les groupes new age que par l'Allemagne nazi ou Poutine qui relance depuis peu des projets archéologiques. Tout cela finissant par réunir en origine commune les trois groupes dont le camp d'extermination cella le destin commun: Juifs, Tsiganes, Maçons exterminés non pour ce qu'ils font ou pensent mais pour ce qu'ils sont.

Comme la « montagne aux Rroms », cette fable, ce conte, épopée ou mythologie, a valeur de revendication. Elle s'appuie sur les savoirs gadgés pour les dégadgéïfier. Un peu comme la fête foraine s'emparant du cinéma, du jeux vidéo ou de l'ingénierie de pointe, comme un Reinhardt syncopant le jazz ou un accordéoniste dans le métro faisant hoqueter « les feuilles mortes ».

Évidemment on sort blême, voire même inquiet, de la démonstration salmigondique. Mais à la considérer non comme une science mais comme un artefact, un conte, mythe, on en entrevoit la possible portée. Le ressaisissement d'une histoire toujours écrite par l'autre (bienveillant ou pas). Le boniment, remettant au centre de l'histoire européenne les deux peuples pourchassés, comme une vengeance symbolique aux mauvais traitements.

Nous ne sommes pas « autres » dit en somme Cerari. Nous sommes votre centre, votre berceau !

Voilà peut-être alors pourquoi on leur en voudrait tant.

Le mythe donne un sens à l'insensé. Comme la fête foraine il « artificialise » et rend rationnel peurs et émotions en dispositif plus ou moins visibles, cachés ou ouvert. A moins qu'il ne nous tende un miroir déformant.

♦ Sans maison. Maison fragile. Maison mobile. Emission de radio sur france culture

Pas la peine de crier une émission de Marie Richeux 59 minutes Troisième moment de la semaine consacrée à la maison. L'invité, l’architecte Stany Cambot, est l’un des fondateurs du collectif Echelle Inconnue qui, depuis 1998, met en place des travaux et expériences artistiques autour de la ville et du territoire. Ces expériences au long cours interrogent et associent les « exclus du plan ». à écouter (ici)

Makhnovtchina / cycle urbanismes combattants
atelier cartographique de campagne


stany cambot / échelle inconnue
www.echelleinconnue.net mel@echelleinconnue.net


propulsé par DotClear