makhnovtchina

Makhnovtchina est un projet adisciplinaire et forain qui vise à expérimenter, co-naître et cartographier (sur tous types de supports) la ville mobile avec ceux qui la vivent ainsi qu'à outiller des situations critiques - ou les espaces produits par la Métropole – en Haute-Normandie et à l'Est de l'Europe (Russie / Moldavie).




♦ Personnel chamanique au sol.

Ils ne participent pas de la vitesse imposée du monde. Ils habitent plus ou moins temporairement ses temples, ses points nodaux.

Lire la suite

♦ Moscou. Les ouvriers ouzbeks ne nomadisent pas en yourte.

« Ça fait trois ans que je fais ça. Je compte continuer encore deux ans avant de rentrer chez moi »

Il a vingt ans est Ouzbek mais contrairement à l'image d’Épinal ce n'est pas en yourte qu'il nomadise mais de chantier en chantier, d'appartement en appartement. Trois ans, qu'avec ses deux compagnons, il habite les lieux mêmes des chantiers sur lesquels il travaille.

Rendez-vous est pris sur un parking. Et c'est en voiture que nous nous rendons au pied d'un marché. De là nous marchons jusqu'à un ensemble d'immeubles. Le chemin aurait été plus court en voiture mais il ne sais s'y rendre qu'à pied. Digicode, porte, ascenseur, couloir et une porte capitonnée s'ouvre sur des sacs de plâtre empilés dans le vestibule d'un appartement en réfection. Ses deux collègues, Ouzbeks eux aussi, sont là nettoyant leurs outils dans la cuisine. Il nous emmène jusqu'à deux chambres. Au milieu des outils, des ballots d'isolants, des fenêtres à poser sont jetés trois matelas, les leurs le temps du chantier. Un morceau de papier peint est posé à l'entrée et fait office de paillasson pour limiter l'invasion de la poussière de plâtre.

« En Ouzbékistan tout va bien sauf l'argent ! »

Nous nous installons. Il retape un peu sa paillasse et s’assoie sur un tabouret pour répondre à nos questions. « En Ouzbékistan tout va bien sauf l'argent ! » c'est pour ça qu'il a quitté sont emploi de vendeur de chaussure pour venir travailler ici. Tous les ans, avec son équipe, il construisent 6 maisons à Moscou. Pour nous rejoindre, il a quitté le chantier de l'une d'elle. Après nous, il entamera sa deuxième journée de travail ici dans cet appartement : les travaux bruyants jusqu'à 22h puis les travaux silencieux comme l'enduit, le papier peint ou la peinture.

Il n'a pas connu les containers dans lesquels vivent certains ouvriers et ne veut pas les connaître préférant le confort relatif qu'offre ce camping en appartement.

Nous discutons encore, filmons. Puis vient le moment de se séparer. Nous parlons un peu de la destination de ce film. Internet ? Non. Il ne veut pas.

Nous reviendrons avec un premier montage pour discuter.

À suivre...

♦ Moscou. Bois de coffrage et démocratie.

Le parc de l'auteur d'ta mère et la ville cool.
les formes internationales de la ville légère institutionnelle.


Moscou a poussé pendant la nuit. Le temps d'une éclipse en France et en Moldavie, le soleil vertical écrase la canopée qui recouvre le rez-de-chaussée de la ville. À l'ombre des arbres qui échappent ici à la rituelle et printanière mutilation de l'élagage, la boue du dégel s'est asséchée en terre poussiéreuse.

Il n'y a pas que les arbres qui poussent ici, la ville chantier continue de faire pousser ses étages, les « algeco » de tôle aluminium qui frigorifiaient l'esprit il y a quelque mois l'étouffent aujourd'hui à penser à ceux qui y vivent comme en étuve.

Les parcs se remplissent d'une foule compacte goûtant au vert, le temps d'un week-end, déambulant au milieu des constructions temporaires et légères : kiosques, bars, scènes, tentes géantes, containers aménagés qui, eux aussi, viennent de pousser là. Dans cette très officielle enclave verte, nomade et légère, où se décline la nouvelle grammaire de la ville cool internationale, on oublie presque les conflits en Ukraine, les migrants en containers, les anarchistes tabassés, les destructions de marchés et autres campagnes municipales anti-migratoires. Ici, l'espace est pacifié.

Lire la suite

♦ Quand, à deux pas de la guerre, l'Europe se fait Foraine...

Quand l'Europe se fait Foraine from Echelle Inconnue on Vimeo.


A deux pas de la guerre en Ukraine, la Moldavie célèbre un pas supplémentaire vers l'Union Européenne : la suppression des régimes de visa pour l'espace Schengen.

Au centre de la capitale, Chisinau, les institutions diplomatiques dressent une fête foraine peu convaincante à gloire de l'Union,

Approchez ! Approchez !

Et entendez tout de même sous les toiles les rumeurs sourdes de la guerre dans divers et insouciants entre-sorts forains, policiers et militaires....

Makhnovtchina / cycle urbanismes combattants
atelier cartographique de campagne


stany cambot / échelle inconnue
www.echelleinconnue.net mel@echelleinconnue.net


propulsé par DotClear