makhnovtchina

Makhnovtchina est un projet adisciplinaire et forain qui vise à expérimenter, co-naître et cartographier (sur tous types de supports) la ville mobile avec ceux qui la vivent ainsi qu'à outiller des situations critiques - ou les espaces produits par la Métropole – en Haute-Normandie et à l'Est de l'Europe (Russie / Moldavie).




♦ Acte I scène 2 de cette pièce trop souvent jouée

Retour sur le quartier de Couronne prolongée où l'état de guerre déclaré par la ville est aujourd'hui visible. Le 25 mars dernier, les premiers voyageurs du terrain des graviers, aire d'accueil illicite tolérée par la ville jusqu'à ce que les terrains de la rue de Couronne ne deviennent intéressants en terme d'expansion urbaine, ont intégré leurs logements dans le village de stabilisation conçu pour eux, dans une autre poche de fragilité urbaine, entre voies ferrées et industries. La police municipale qui jusqu'alors ignorait ce quartier y passe désormais trois fois par jour. Le jour de leur départ, les tractopelles se sont activées à massacrer la première moitié de ce terrain, afin que personne ne puisse s'y réinstaller. Acte I scène 2 d'une comédie trop souvent jouée.


Lire la suite

♦ Acte I d'une pièce trop souvent jouée

Ils s'appellent Rodrigues, de Freitas, Dosreis. Ils vivent tous rue de Couronne Prolongée depuis 15 ans, 20 ans, 30 ans et, bientôt, n'auront plus de maisons. Déjà, à l'angle de la rue, les premières clôtures ne renferment plus rien.

C'est l'observation de ce quartier, le premier acte de la destruction de toutes traces de l'urbanité, qui s'est crée d'elle-même avec le temps et les moyens dont disposaient ces habitants, que l'on propose ici. Le journal d'un effacement du réel pour faire correspondre le territoire à la carte.




Lire la suite

♦ Si le spontané fait ville à St Etienne du Rouvray

Derrière le mur peinturluré de la bretelle d'autoroute reliant Rouen au reste du monde, au pied d'une centrale électrique, de petites baraques se sont construites peu à peu, entre les pilonnes des lignes à hautes tensions, et au fil du temps - de 1950 à aujourd'hui ; des maisons en dur, ou presque. Portes, fenêtres double vitrage, boîtes aux lettres, petits portillons et balançoire dans le jardin, peu à peu ce quartier se consolide et ces 28 petits pavillons deviennent lieux de vie -et pour certains, de travail- de nombreuses familles.


Lire la suite

Makhnovtchina / cycle urbanismes combattants
atelier cartographique de campagne


stany cambot / échelle inconnue
www.echelleinconnue.net mel@echelleinconnue.net


propulsé par DotClear