makhnovtchina

Makhnovtchina est un projet adisciplinaire et forain qui vise à expérimenter, co-naître et cartographier (sur tous types de supports) la ville mobile avec ceux qui la vivent ainsi qu'à outiller des situations critiques - ou les espaces produits par la Métropole – en Haute-Normandie et à l'Est de l'Europe (Russie / Moldavie).




♦ Следите за ходом неформальной жизни!

На ком приземляются мячи чемпионата мира по футболу?






Москва, как и другие города, захвачена чемпионатом мира. На туристических улицах в центре города звучит речь на сотне языков. Город начал готовиться к событию заранее. Он стремился получше украсить себя. Новые тротуары, новое убранство, обновленные стадионы. Одним из подобных спорткомплексов стали Лужники, где пройдет финал чемпионата. В 90-е годы здесь играли в футбол, но делали это в аллеях, между грузовиками и контейнерами. Бывалые торговцы делали мяч из газет. Здесь располагался один из главных неформальных рынков постсоветского времени.

Но вот уже несколько лет, как эту территорию заняли совсем другие контейнеры. Они приютили рабочих из Центральной Азии, которые трудились на стройке и занимались обновлением этого стадиона. Здесь нельзя снимать. Охранники не разрешают посмотреть на закулисье грядущего футбольного праздника. По словам Бахрома Хамроева, правозащитника центра «Мемориал», именно мигранты играют роль футбольного мяча.

Прежде чем начнется Матч, нужно расчистить пространство! Шанхай снесен по тем же эстетическим причинам? Вот уже три года, как мы работали в Шанхае, главном гаражном городе Москвы. Но недавно мы увидели следующее: http://makhnovtchina.org/journal/?373-.html

♦ Они уже пришли в Шанхай!

Мы пришли сюда в очередной раз. Навестить Илью – отшельника или шамана гаражей.

– Тебе не кажется, что что-то изменилось? Разве все эти машины стояли здесь в прошлый раз? Они продолжили снос, тебе не кажется?

Вагончик, стоящий на столбе на 4 метрах над землей и служивший обзорной вышкой, исчез. Гаражи, которые он обозревал, тоже пропали. Бездомные – а, может быть, и бесхозные – машины, теснятся на клочке земли, заваленном мусором.

Мы идем дальше. Старое заброшенное кафе, которое в каком-то смысле обозначало вход в квартал, где обитал Илья, исчезло. Магазин покрышек, располагавшийся по правую руку – тоже. Теперь лишь дорога служит ориентиром. Взгляд, которому не мешают уже не существующие стены, скользит в поисках гаража Ильи. Мы что, снимали прямо тут?

Город сплющен, он как будто уничтожен огромным ботинком. Труба небольшого грузинского кафе все еще стоит – здесь мы и сворачиваем.

Хотя мы и видели тысячи раз, как эти неукрощенные места при помощи армии бульдозеров превращаются в девственно-белоснежную карту, каждый раз нас охватывает все то же чувство отвращения. Ноги шагают по опустевшей территории, носящей следы свершенного насилия, по грудам мусора, листам железа и дерева. Некоторые вещи кричат или оплакивают жизнь, которая здесь была. Везде одно и то же насилие, которое совершается интернационалом бульдозеров, историю которого никто не хочет всерьез ни писать, ни читать. У Востока и Запада, НАТО, Путина и Европы – столько костей, которые можно грызть, столько нерпоницаемых саванов, которые опускаются на тело, которое никто не хочет замечать, на тело потаенной жизни, которая формируется, пытаясь выжить в том маразме, который организуют, сами того не понимая, Восток и Запад, НАТО, Путин и Европа. У идиотизма есть свой цвет – желтый. Есть гусеницы, чтобы двигаться, есть лопата, чтобы «сокрушить» все, что названо ненужным.

Шанхай снесен с лица земли. Шанхай, «наконец», стал похожим на план. Мы читаем поверхность земли: следы стен, погреба и смотровые ямы раскрыты, как могилы. Иногда кажется, что они переходят в туннели. Однако, насильное обнажение не раскрывает секреты городских легенд. Мы напрасно стараемся найти секретный вход в Метро-2... Его нет. Нет подземных проходов, ведущих в соседние башни, принадлежащие ФСБ... ничего нет.

Только руины и дымоход грузинского кафе, который чудесным образом все еще стоит на своем месте. Небольшие бригады рабочих, приехавшие из Центральной Азии, прогуливаются в дыму, идущему от чего-то, что горит. Они собирают то здесь, то там листы металла и металлолом и кладут их в маленькие грузовики. Даже самый хрупкий город перерождается.

Это новый апокалипсис?

Глаз отслеживает на земле, поблизости, знаки, которые могли бы нам помочь отыскать место, где мы встретились с отшельником Ильей.

В центре города говорили, что жители города не желают видеть ни Шанхай, ни занимающих его приезжих. В центре города говорили, что здесь работает только мафия, только криминальные элементы, что это опасная, неправедная территория. Нам рассказывали легенды об этом месте, о борделях, устроенных для работающих в Москве узбеках, о секретном входе на секретную ветку метро, благодаря которой представители номенклатуры могли уехать из города. Уехать на Восток. Кстати говоря, туда мы и сами отправимся послезавтра.

До всех революций жители Шанхая, вне всяких сомнений, отправились бы жить в станицу к казакам. Но настоящих казаков уже не существует. Нет больше войска из вольных и беглых людей, которые могли бы противостоять официальному городу и защитить мастеров. А значит, нет больше места для таких, как Илья, прошедших психиатрическую больницу, зарабатывающих в гаражах деньги, чтобы выучить своих детей. Больше нет места для тех, кто не похож на типичного обитателя, каким его рисуют создатели новой Москвы.

Илья. Мы звоним ему. В трубке раздается его голос. Обычно насмешливый и нездешний, на этот раз он лишен всяких интонаций. Это тусклый голос угрюмого человека. Нет, он не хочет сюда возвращаться. Мы увидимся с ним в его родном районе – в Братеево.

В дыму горящих здесь останков Шанхая медленно двигаются призраки. С трудом можно различить рабочих из Центральной Азии, продолжающих снос, бывших владельцев гаражей, которые пришли собрать все, что только смогут найти, сборщиков металлолома и мародеров. Даже Шанхай перерождается. Итак, Марк-Антуан достает свой микрофон, я вынимаю свою видеокамеру и, в сопровождении Людмилы, которая переводит нам слова местных обитателей, мы отправляемся на поиски того, что осталось.

♦ AXE SEINE - Transit historique

Au fil du fleuve et du temps : Gennevilliers et Limay, deux villes industrielles et portuaires où viennent se caser vi(ll)es mobiles et transitoires.

♦ Moscou. Nous marchons sur Shanghaï ! Épisode 1 « Ça fait longtemps que je vous attendais ! »

L’obscurité colle à la peau de la ville foraine. Méconnue, elle est l’espace fantasmé du crime comme du mystère. La ville foraine russe et ses espaces de garages, de wagons ou containers comme de kiosques et de marchés n’échappent pas à la règle.

Lire la suite

♦ Après la fête...

Lire la suite

♦ Acte I scène 2 de cette pièce trop souvent jouée

Retour sur le quartier de Couronne prolongée où l'état de guerre déclaré par la ville est aujourd'hui visible. Le 25 mars dernier, les premiers voyageurs du terrain des graviers, aire d'accueil illicite tolérée par la ville jusqu'à ce que les terrains de la rue de Couronne ne deviennent intéressants en terme d'expansion urbaine, ont intégré leurs logements dans le village de stabilisation conçu pour eux, dans une autre poche de fragilité urbaine, entre voies ferrées et industries. La police municipale qui jusqu'alors ignorait ce quartier y passe désormais trois fois par jour. Le jour de leur départ, les tractopelles se sont activées à massacrer la première moitié de ce terrain, afin que personne ne puisse s'y réinstaller. Acte I scène 2 d'une comédie trop souvent jouée.


Lire la suite

♦ Carnet de bord #6 - Construction d'une cabane





Détruire versus construire

♦ Carnet de bord #4 - Le relogement partiel et partial

L'expulsion du bidonville du Platz au Havre a conduit les pouvoirs publics à faire des propositions de relogement à 3 familles au lieu de 5. Comment ces familles ont-elles été choisies ? Un jeu de roulette russe contemporain sans doute, ayant pour conséquence un retour à la rue pour Sever. Il faisait parti des 5 familles relogées, avant que la préfecture n'en décide autrement. Il a souhaité le dire :



Lire la suite

♦ Carnet de bord #2 - le droit à l'habiter !

L’abri, qu’il soit solide et permanent, en dur ou non, mobile ou non, précaire ou protégé et garanti, semble bien être un invariant anthropologique. Le lieu de l’habitat est culturellement (en particulier quand on en est propriétaire) entendu comme la marque et la forme de l'indépendance. Son caractère clos et souvent enceint, en particulier dans le cas d'une villa et d'un pavillon, isole, protège et fournit cette quasi illusion d'indépendance. Cependant ce lieu est inclus dans une logique complexe de services et de biens communs. Il est raccordé à des réseaux dont il n'est que l'usager pour ne pas dire le locataire (réseau d'eau, d'électricité, de téléphone, etc.) Il est, depuis l'après-guerre, quasi systématiquement « pluggé », c'est à dire branché ou connecté à ses services, ou tend à l'être. La ville, ou du moins son aménagement entendu au sens large, lui est nécessaire. Pour tous, il est alors nécessaire de se raccorder.



Lire la suite

♦ Carnet de l'insensé républicain #4 - Ce qu'il reste du Platz

3 mois après l'expulsion du Platz, le terrain est toujours là, vide. Un projet de caserne devrait voir le jour d'ici 5 à 10 ans. Temps pendant lequel le terrain ne peut être construit. Temps pendant lequel le terrain devrait se dépolluer.





A rabattre l'ensemble des raisons qui pourraient conduire des familles à la rue, il est difficile d'y entrevoir une logique. En revanche celles mises en œuvre pour que le terrain reste sans âme et sans vie est inscrite depuis des décennies dans les manuels d'urbanisme. Haussmann et avant lui Napoléon utilisaient déjà les mêmes logiques. Détruire pour rendre visible. La transparence, comme sécurisation d'un lieu. Ici, des murs d'enceinte tombés, qui entouraient le Platz, ont poussé de grandes grilles vertes, laissant filtrer le regard et empêchant d'y adosser des cabanes. Au risque que d'autres, motorisés cette fois, puissent un jour s'y installer également, de grosses pierres noires ont été déposées tout les mètres, comme précaution supplémentaire.
Ces raisons ont un coût. Expulser et maintenir un lieu vide de toute tentative de vie coutent cher à nos institutions.

Lire la suite

♦ Carnet de chantier #6 - Réaliser un bloc sanitaire composé de deux toilettes et d'une zone de stockage de la sciure

Les habitants du Platz (bidonville rrom du Havre), après maintes demandes infructueuses aux institutions, ont souhaité réaliser des toilettes. Le terrain occupé par les 87 personnes n'offrant pas d'accès à l'eau et à l'électricité, nous avons ensemble opté pour des toilettes sèches, dont le contenu serait vidé dans une sorte de fosse construite à cet effet (en palette également), sur le terrain jouxtant le quartier.

Au vu des expulsions auxquels sont soumis les habitants de quartiers comme celui du Platz, nous avons conçu ce bloc sanitaire démontable et remontable avec seulement un tournevis, un marteau et du barnier.

Vous trouverez dans les fiches de construction, les différentes étapes de réalisation des blocs sanitaires qui ont vu le jour sur le Platz, composé chacun de deux toilettes et d'une zone de stockage de la sciure.

Lire la suite

♦ carnet de chantier #4 - danser c'est resister ?

Un vernissage ? Pour des toilettes ? La petite ourse au téléphone en rit encore. Nous aussi, nous rions ce soir entre nos murs. La fête se prépare.

Peu avant Ioan et Christy riant aussi devant le premier bloc sanitaire assemblé et coiffé de sa toile. Ils font des gestes, répètent en roumain un mot que nous ne comprenons pas. Tour à tour, ils désignent le bloc et font des signes. On devine des roues, des chevaux... Une roulotte ! Oui ! Les toilettes nomades ressemblent à une roulotte. Nos mots communs sont trop rare pour savoir ce que ce véhicule habitable évoque pour eux.

Notre tente est vidée pour se transformer en salle de projection foraine.

Depuis le milieu de l'après-midi déjà les membres du comité de soutien arrivent peu à peu avec brasero, boissons et nourriture, solidarité, pour eux, usuelle. Il y en eu d'autres, pendant ce chantier, de la voisine qui offre l'électricité et nous laisse tirer une improbable ligne de chez elle à notre enclave coupée de tous réseaux, à cette entreprise et ses salariés offrant et aidant à charger les palettes dans notre camion, en passant par ce menuisier qui fournit à discrétion la sciure de bois nécessaire au fonctionnement des toilettes que Madalin apporte en grands sacs jusqu'ici, ou les nombreux traducteurs qui se sont proposés pour traduire bénévolement le film.

Le bois a à peine fini d'absorber l'huile de lin que les enfants étrennent les sièges.

Le brasero fume, les invités arrivent, nous faisons le tour des installations. Carmen, la voix off roumaine du film que nous présentons, fait l'interprète. Ioan a encore des questions quant au fonctionnement des toilettes. Nous expliquons, discutons.

Christy nous abandonne pour entrer dans la tente. "Moi, je vais regarder la télévision! " Nombreux sont ceux qui entrent aussi et regardent, sous le crayon d'Onofrei, se dessiner la vie et la mort du bidonville de la Soie à Villeurbanne.

Pour couvrir l'encore lointain bourdonnement des pelleteuses, nous dansons jusque tard dans la nuit au son d'un lecteur Mp3 en forme de voiture miniature.

♦ Carnet de chantier #3 - « Après la sélection, c'est l'extermination » Armand Gatti

Dernier jour du chantier. Ils arrivent à deux, entrent dans notre tente. Il veulent une table. Pourquoi ? Un recensement, un accompagnement, une mission de la préfecture. La table est sortie, montée, ils demandent une nappe, s'installent. Eux, ce sont un employé de l'association femmes et familles en difficulté (AFFD) et un interprète Roumain.

Ils s'installent.

Et soudain, semble se recomposer sous nos yeux l'image d'un bureau de campagne de l'état civile ou de la conscription installé par l'administration coloniale.

Les habitants du bidonville sont invités à se présenter à cette table muni de leur passeport. Là, sur un cahier d'écolier, il écrit ce que son traducteur traduit. Il pose des questions aussi : « il vient d'où ? Il est arrivé quand ? Qu'est-ce qu'il sait faire comme métier ? ». Il est méfiant (on ne la lui fait pas à lui) « Comment ça t'es arrivé il y a trois mois ? Alors que t'étais à Ris il y un an ?! » Il nous dit qu'il est ici pour mettre en place des parcours d'accompagnement, mais qu'il ne faut pas se voiler la face ; il y a des problèmes ici, des trafics d'enfants... Son petit travail continu.

Par hasard sans doute, une voiture de police se gare à l'entrée du terrain. Trois hommes en uniforme en descendent. A la légère différence d'âge et de tenue, on en déduit qu'un des trois est un gradé. Ils répondent au bonjour mais n'en adressent aucun. A leur approche, le traducteur roumain se lève, leur serre la main tout sourire et se fait un devoir de leur donner tous les détails concernant le nombre de famille et d'enfants (qu'il a du mal à évaluer). Le gradé trouve qu'il y a beaucoup plus de monde qu'il y a quinze jours. Nous pas.

Ils tournent un peu, regardent de loin, comptent, s'approchent de nos constructions, s'interrogent.

A la table, le petit travail de comptage en vue de la sélection se poursuit, glaçant. Le désemparement, la confiance et l'espoir des habitants est tel, qu'ils se présentent tous spontanément, passeport à la main.

Une phrase de Gatti tourne en tête et refuse d'être chassée. Une phrase qui fait pont entre ici, maintenant et l'Europe des années 40.

♦ carnet de chantier #2 aménager l'enfer

Les palettes reposent en piles au milieu du bidonville. Une équipe dépointe celles qui sont hors norme. Le père de Ioan malgré ses blessures à peine cicatrisées à l'abdomen et au bras donne la main, pose sa hache sous le pied de biche pour faire levier, place les palettes pour rendre plus aisé le démontage. Ironie grinçante, par quelques mots et gestes il explique qu'en Roumanie il travaillait dans une usine de palettes. Celles qu'il dépointe ici pour aménager et assainir la précarité sont-elles de celles qu'il a monté là-bas ? à l'autre bout de l'Europe ? Auquel cas le voyage de ces pièces de bois semble bien plus léger que celui des hommes.

Le groupe électrogène posé, les outils sortis, Ioan et Christi s'activent. Nous confirmons ensemble l'emplacement du premier bloc sanitaire. Posons les premières palettes qui servirons de plancher. S'en suit une longue discussion autour du mode d'assemblage. Nous proposons de joindre les palettes à l'aide d'un système de mortaises et d’agrafes en fer à béton afin de rendre plus aisé le démontage en cas d'expulsion. Ils y croient visiblement peu et préfèreraient pointer l'ensemble comme il le font pour leur baraques. Les femmes du platz nous apportent régulièrement du café noir chaud ou froid. Nous tentons avec plus ou moins de douceur et de succès d'éloigner les enfants attirés par le matériel électro-portatif. On nous offre un canapé convertible pour agrémenter l'intérieur de notre logement provisoire et remplacer nos incommodes civières. Nous scions, perçons. Une langue commune nous manque pour échanger avec Ioan, Chriti et Madalin qui construisent avec nous alors nous dessinons. Le chantier c'est parler.

L'assemblage avance vite.

L'administration comme à son habitude a déjà depuis quelque temps amorcé la sélection des "bon Rroms" creusant un fossé entre les habitants du bidonville, les divisant. Même si pour beaucoup notre présence et surtout l'installation de sanitaire est souhaitée, d'autres regardent du coin de l’œil la présence de ces gadgés constructeurs jouant aux campeurs. D'autres encore préfèreraient voir des toilettes municipaux s'installer ; nous aussi.

Après une autre discussion l'emplacement du deuxième bloc est enfin choisi. Chriti et Ioan se consacrent à sa construction délaissant le premier. Le fossé administratif fonctionne et devient palpable. "si les autres veulent des toilettes, qu'ils participent au chantier!"

Des bénévoles nous ont rejoint et prêtent la main à l'installation des affiches sur le mur d'enceinte. Nous désirions les poser à l'extérieur comme une vitrine de la "normalité" d'ici, mais les pressions policières et les menaces font que personne ne veut se voir affiché au grand jour. Nous restons alors pour l'instant de ce côté du mur, frontière intérieure, provisoire et instable de ces Européens non autorisés à circuler librement ; nouvelle enclave dans ce Havre qui a vu le port quitter ses murs pour se réfugier derrière des grilles sensées protéger le commerce maritime de container, de possible infiltrations terroriste, à moins qu'il ne s'agisse d'une nouvelle frontière cantonnant les marins extra européens hors sol.

Ignorant l'expulsion imminente, la conjurant, nous continuons de croire au havre de nos murs et le construisons, collectivement.

♦ Equipement public nomade

Nous le constations à Dieppe, à Villeurbanne, au Havre. Le chantier urbain, depuis le XIXe siècle, expulse, appelle, génère, tour à tour ou simultanément, les mobiles ou la mobilité. Violence folle et désordonnée sous le masque de l'ordre. Difficile de croire qu'il puisse en être autrement.

Nous n'aménageons pas l'enfer. Nous tentons d'équiper la survie de cette urbanité condamnée à la fuite tant que les pouvoirs publics n'auront compris l'évidence de sa nécessité, l'évidence aussi de l'espace disponible qu'ils produise et dont, sur de longues périodes ils ne font rien. Tant qu'ils n'auront compris que l'accompagnement de ces urbanités auto-construites ou la simple bienveillance envers elles font parfois davantage que leur chirurgie au bulldozer.

Depuis plusieurs semaines nous rencontrons les habitants de cette urbanité qui fuit. Ensembles nous essayons de la dire au dessus des murs sourds. Aujourd'hui nous en outillons la fuite. Et puisqu'on ne peut déménager d'un bidonville faisons en sorte qu'il devienne mobile.

(image 3D de toilettes sèches mobiles)

Makhnovtchina / cycle urbanismes combattants
atelier cartographique de campagne


stany cambot / échelle inconnue
www.echelleinconnue.net mel@echelleinconnue.net


propulsé par DotClear