Abonnez-vous à la lettre
de l'échelle inconnue

Prenez-contact avec nous

Champ vide.

menu
UNE CLIM' POUR L'ÉTÉ !

Par Misia Forlen, jeudi 28 juillet 2016 ,Western

Rare chaude après-midi de juillet aux alentours de Vernon. Nous passons rendre visite à Jean-Charles et Marie-Christine. Nous buvons un verre sous un barnum nous protégeant du soleil, installé près de l'arrière du camion. Pour nous rafraîchir, ils approchent de la table leur dernière invention : « notre nouvelle clim' ! ».
Une caisse en plastique, des tuyaux PVC rotatifs fixés au pistolet à colle et un petit ventilateur ; des glaçons sont placés dans le fond de la caisse permettant de rafraîchir l'air brassé par le ventilateur. « Tu peux mettre un peu d'huiles essentielles dans le fond, pour que ça sente bon ou encore pour repousser les moustiques ! », ajoute Marie-Christine. Jean-Charles nous fait une démonstration : « La glace tu la fais dans ton congélateur, tu la mets dedans – ça marche avec de l'eau fraîche aussi ! -, tu branches le ventilateur... en 12 Volts bien sûr ! Et voilà ! De l'air frais ! Tu peux aussi orienter les ouvertures et en boucher certaines... celles-là sont mieux en hauteur... ! »
Marie-Christine n'a pas re-signé de contrat de travail depuis novembre dernier, dans l'usine de parfumerie où elle travaillait auparavant. « Ils ont réussi à réduire d'un tiers le personnel tout en multipliant par deux leur production ! Tu verrais la cadence sur les chaînes... ». Notant que les gens s'attardaient souvent en passant devant leur camion, ils y ont accroché pendant quelques mois une pancarte sur laquelle était écrit : Plus de 50 ans cherchent travail ! « On a eu des propositions mais ça n'a rien donné... Tu verrais ce que les gens te proposent ! Ils croient que comme tu es pauvre tu veux bien accepter de travailler gratuitement... Ça s'appelle de l'esclavage ! ».
Les aboiements de Gypsie se mêlent aux coups de klaxons que poussent les camping-caristes lorsqu'ils aperçoivent le camion en bord de route. Jean-Charles et Marie-Christine ne manquent jamais de répondre à ces saluts amicaux. « Je vais bientôt devoir me fabriquer un bras en carton qui se lèverait en appuyant sur un bouton ! », s'exclame Jean-Charles. Parfois, les gens s'arrêtent ; « ils sont intrigués par les panneaux solaires ! ».


tag : camion habitat leger et mobile hacking ouvrier menilles nouveaux mobiles ouvrier

Réalisation :
  • L échelle inconnue
MAKHNOVTCHINA
MAKHNOVTCHINA
Makhnovtchina est un repérage actif des nouvelles mobilités urbaines et périurbaines à l'heure des grands projets de métropolisation. C'est un atelier itinérant de production participative d'images (fixes, vidéos, ou multimédia), de textes, de cartes, de journaux, « Work in progress ». Ce travail mené par des architecte, géographe, créateur informatique, sociologue et économiste vise à terme la proposition d'architecture ou d'équipements mobiles et légers. Ce travail vise, en outre, à explorer les futurs vides ou terrae incognitae que créent ou créeront les métropoles. Il propose une traversée du terrain d'accueil pour « gens du voyage » au marché forain en passant par les espaces des nouveaux nomadismes générés par la déstructuration des entreprises, notamment de réseau (EDF, GDF, France télécom...), ainsi que par les campings où, faute de moyens, on loge à l'année. Une traversée, pour entendre comment la ville du cadastre rejette, interdit, tolère, s'arrange, appelle ou fabrique la mobilité et le nomadisme. Ce projet de recherche et de création s'inscrit dans la continuité de certains travaux menés depuis 2001 : travail sur l'utopie avec des « gens du voyage » (2001-2003), participation à l'agora de l'habitat choisi (2009), réalisation d'installation vidéo avec les Rroms expulsés du bidonville de la Soie à Villeurbanne (2009) et encadrement du workshop européen « migrating art academy » avec des étudiants en art lituaniens, allemands et français (2010). Il tente d'explorer les notions de ville légère, mobile et non planifiée avec ceux et celles qui les vivent.