Abonnez-vous à la lettre
de l'échelle inconnue

Prenez-contact avec nous

Champ vide.

menu
LA COUR DE L'ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE DE MÉNILLES, CAPITALE TEMPORAIRE DE LA VILLE FORAINE / L'UTOPIE SE CONCRÉTISE DU 13 AU 15 AVRIL 2015

Par Lucie Van de Moortel, lundi 13 avril 2015, Western

Du 13 au 15 avril, des habitants mobiles et des commerces forains du département de l’Eure viennent s’installer dans cette école, lieu d'observation et d'ouverture sur ce qu'est la mobilité et ce que pourrait être l'école.

C'est dans le cadre de son projet Makhnovtchina (projet transdisciplinaire qui vise à connaitre et à cartogra-phier les espaces de la mobilité. www.echelleinconnue.net/makhnovtchina), qu'Echelle Inconnue a décidé de réaliser un projet culturel à l’école primaire de Ménilles, située dans l’Eure en Haute-Normandie, pendant l’année scolaire 2014-2015 et d’en faire la capitale provisoire du royaume sur roues.
L'idée dans cette école est de faire télescoper deux réalités, celle du nomadisme contemporain qui, à l'heure de la métropolisation, souffre d'une absence de connaissance où ceux qui sont ainsi poussés à subir, à inventer, à construire et pratiquer des urbanités mobiles et provisoires sont bien souvent pourchassés, condamnés mais aussi utilisés et imités par les institutions. Et celle de l'école fonctionnant comme un monde « à côté », où ce qui y est enseigné reste à l'intérieur et ce qui se passe dehors ne peut entrer. L'idée donc c'est de faire sortir l'enseignement des institutrices, car la pédagogie prend ici les mots de la mobilité et de faire entrer dans l'enceinte de l'école le royaume sur roues !

Du 13 au 15 avril, les enfants pourront rendre visite à ceux qui habiteront, pendant une semaine, le parking devant l'école ; habitants et travailleurs en camion, caravane, camping-car, bus, etc. Ils pourront ainsi com-prendre les astuces de l'énergie sans raccordement, de l'« habiter petit » et ce que vivre mobile peut signif-ier. Ils pourront visiter une épicerie dans une camionnette, un cabinet de toilettage pour chien dans un ca-mion (sous réserve), un restaurant dans un bus, etc. Cette semaine permettra aussi de leur présenter les films que nous réalisons avec eux et avec leurs institutrices depuis maintenant 3 mois et qui permettront à l'enseignement dispensé de sortir de l'école.

Au programme de la semaine :
Visite d'un camping-car : Comment faire en petit et transformer rapidement son intérieur ?
Visite d'un camion et atelier : Comment être autonome énergiquement ?
Visite d'une camionnette - épicerie : Comment et pourquoi choisir le commerce forain ?
Visite d'un camion de toilettage pour chien : Comment faire avec un commerce mobile ? (sous réserve)
Visite d'un camion atelier et diffusion de film : Comment isoler et à quoi peut ressembler un camion ?
Visite d'un bus-restaurant : Comment ça marche ?
Visite d'une yourte-atelier (sous réserve) Projection de films d’Echelle Inconnue sur des situations variées de la mobilité Projection des infiltrations de la mobilité dans l'enseignement de l'école
Lieu : École élémentaire de Ménilles / Clos d’Enneval / 27120 Manilles
Contact : 02 35 70 40 05 /
mel@echelleinconnue.net

tag : architecture ateliers autoconstruction camion habitat leger et mobile le long de la Seine menilles rencontre habitat informel mobiles

Réalisation :

  • L échelle inconnue
MAKHNOVTCHINA
MAKHNOVTCHINA
Makhnovtchina est un repérage actif des nouvelles mobilités urbaines et périurbaines à l'heure des grands projets de métropolisation. C'est un atelier itinérant de production participative d'images (fixes, vidéos, ou multimédia), de textes, de cartes, de journaux, « Work in progress ». Ce travail mené par des architecte, géographe, créateur informatique, sociologue et économiste vise à terme la proposition d'architecture ou d'équipements mobiles et légers. Ce travail vise, en outre, à explorer les futurs vides ou terrae incognitae que créent ou créeront les métropoles. Il propose une traversée du terrain d'accueil pour « gens du voyage » au marché forain en passant par les espaces des nouveaux nomadismes générés par la déstructuration des entreprises, notamment de réseau (EDF, GDF, France télécom...), ainsi que par les campings où, faute de moyens, on loge à l'année. Une traversée, pour entendre comment la ville du cadastre rejette, interdit, tolère, s'arrange, appelle ou fabrique la mobilité et le nomadisme. Ce projet de recherche et de création s'inscrit dans la continuité de certains travaux menés depuis 2001 : travail sur l'utopie avec des « gens du voyage » (2001-2003), participation à l'agora de l'habitat choisi (2009), réalisation d'installation vidéo avec les Rroms expulsés du bidonville de la Soie à Villeurbanne (2009) et encadrement du workshop européen « migrating art academy » avec des étudiants en art lituaniens, allemands et français (2010). Il tente d'explorer les notions de ville légère, mobile et non planifiée avec ceux et celles qui les vivent.