Abonnez-vous à la lettre
de l'échelle inconnue

Prenez-contact avec nous

Champ vide.

menu
MÉNILLES

Par Julie Bernard, lundi 27 avril 2015, Western

Capitale temporaire de la ville mobile Makhnovtchina
Une exposition/projection des travaux réalisés avec les élèves de l'école primaire de Ménilles aura lieu du 23 au 25 juin à la salle du Moulin. Un vernissage sera proposé le mardi 23 à 19h.

Construction d'un igloo en tube iro par des élèves de l'école

" A partir de 1897, le cinématographe a été présenté au public parisien à la foire au pain d’épices. Il est nécessaire de rappeler qu’avant de devenir des lieux de projection sédentaire, ce sont les forains qui ont diffusé le cinéma et ont été les premiers à propager le 7ème art. Un âge d’or qui durera jusqu’en 1907. Date à laquelle Charles Pathé, qui contribua à la propagation du cinéma sur les foires et fournit plus des trois quart des forains en films devint leur concurrent le plus acharné en proposant d’arrêter la vente de films au profit d’un système de location via des sociétés de distribution. Résultat : les forains n’avaient plus assez de temps pour amortir les films qu’ils louaient. C’est ainsi qu’une production foraine débuta (1ère moitié du XXème siècle). Les forains, se déplaçant de village en village, filment et rediffusent aussitôt les courts-métrages réalisés avec les habitants."
Echelle reprend l'idée d'un cinéma qui se déplace, qui se raconte et qui s'expérimente dans le cadre du projet Makhnovtchina.
Les habitants ici sont autant les élèves de l'école de Ménilles que toutes les personnes que nous rencontrons dans ce projet Makhnovtchina. La cour de l'école de Ménilles, cette enclave nomade hospitalière, cet observatoire, devient même, le temps d'un projet, la capitale provisoire de cette ville mobile, rompant l'opposition adulte / enfant, en intégrant ces derniers, à leur hauteur, à un projet plus vaste. Nous pourrons ainsi saisir ce qu'ils entrevoient ou ce qu'ils entendent de la ville mobile et faire se télescoper l'imaginaire enfantin du nomadisme avec sa réalité.

tag : architecture ateliers menilles

Réalisation :

  • L échelle inconnue
MAKHNOVTCHINA
MAKHNOVTCHINA
Makhnovtchina est un repérage actif des nouvelles mobilités urbaines et périurbaines à l'heure des grands projets de métropolisation. C'est un atelier itinérant de production participative d'images (fixes, vidéos, ou multimédia), de textes, de cartes, de journaux, « Work in progress ». Ce travail mené par des architecte, géographe, créateur informatique, sociologue et économiste vise à terme la proposition d'architecture ou d'équipements mobiles et légers. Ce travail vise, en outre, à explorer les futurs vides ou terrae incognitae que créent ou créeront les métropoles. Il propose une traversée du terrain d'accueil pour « gens du voyage » au marché forain en passant par les espaces des nouveaux nomadismes générés par la déstructuration des entreprises, notamment de réseau (EDF, GDF, France télécom...), ainsi que par les campings où, faute de moyens, on loge à l'année. Une traversée, pour entendre comment la ville du cadastre rejette, interdit, tolère, s'arrange, appelle ou fabrique la mobilité et le nomadisme. Ce projet de recherche et de création s'inscrit dans la continuité de certains travaux menés depuis 2001 : travail sur l'utopie avec des « gens du voyage » (2001-2003), participation à l'agora de l'habitat choisi (2009), réalisation d'installation vidéo avec les Rroms expulsés du bidonville de la Soie à Villeurbanne (2009) et encadrement du workshop européen « migrating art academy » avec des étudiants en art lituaniens, allemands et français (2010). Il tente d'explorer les notions de ville légère, mobile et non planifiée avec ceux et celles qui les vivent.