Abonnez-vous à la lettre
de l'échelle inconnue

Prenez-contact avec nous

Champ vide.

menu
RENCONTRE RELIER
Saint-Affrique (Aveyron) / Jeudi 22 Mars 2012 / 18h30 / Installation vidéo / Rencontres

Par Stany Cambot, mardi 20 mars 2012 ,Western

Projection du film "Possibilité d'une ville détruite par des hommes en uniforme" (45') par Echelle inconnue. Résumé : "Lors d'une résidence à Villeurbanne dans le grand Lyon fin 2009, notre regard s'est porté sur des terrains goudronnés, labourés, lunaires. Après quelques recherches, nous avons appris que cette mutation urbaine fait suite à l'expulsion d'un terrain habité par des Rroms. La déstructuration du territoire fait donc aujourd'hui partie prenante des méthodes de la police... » programme à télécharger (pdf) : Rencontres habitat léger et mobile Dans le cadre de son projet Makhnovtchina, Echelle inconnue travaille en collaboration avec l'association RELIER depuis 2011 sur le thème de l'habitat léger en participant à des rencontres et workshops réunissant différents acteurs et chercheurs intéressés par cette thématique.

tag : habitat leger et mobile conference rencontre Rroms Video

Réalisation :
  • L échelle inconnue
MAKHNOVTCHINA
MAKHNOVTCHINA
Makhnovtchina est un repérage actif des nouvelles mobilités urbaines et périurbaines à l'heure des grands projets de métropolisation. C'est un atelier itinérant de production participative d'images (fixes, vidéos, ou multimédia), de textes, de cartes, de journaux, « Work in progress ». Ce travail mené par des architecte, géographe, créateur informatique, sociologue et économiste vise à terme la proposition d'architecture ou d'équipements mobiles et légers. Ce travail vise, en outre, à explorer les futurs vides ou terrae incognitae que créent ou créeront les métropoles. Il propose une traversée du terrain d'accueil pour « gens du voyage » au marché forain en passant par les espaces des nouveaux nomadismes générés par la déstructuration des entreprises, notamment de réseau (EDF, GDF, France télécom...), ainsi que par les campings où, faute de moyens, on loge à l'année. Une traversée, pour entendre comment la ville du cadastre rejette, interdit, tolère, s'arrange, appelle ou fabrique la mobilité et le nomadisme. Ce projet de recherche et de création s'inscrit dans la continuité de certains travaux menés depuis 2001 : travail sur l'utopie avec des « gens du voyage » (2001-2003), participation à l'agora de l'habitat choisi (2009), réalisation d'installation vidéo avec les Rroms expulsés du bidonville de la Soie à Villeurbanne (2009) et encadrement du workshop européen « migrating art academy » avec des étudiants en art lituaniens, allemands et français (2010). Il tente d'explorer les notions de ville légère, mobile et non planifiée avec ceux et celles qui les vivent.