Abonnez-vous à la lettre
de l'échelle inconnue

Prenez-contact avec nous

Champ vide.

menu
SOIRÉES
projections à Limay et Gennevilliers

Par manon, lundi 8 janvier 2018 ,Western

Dernière semaine avant les fêtes de fin d'année, il est temps pour nous de présenter notre travail final sur les ports de Limay et Gennevilliers. Nous projetons dans des lieux propres au film "Le port, les monstres" : AMF, l'aire d'accueil et le Rendez-vous des chauffeurs.

Mercredi 20 décembre, nous arrivons à l'entreprise de ferraille AMF vers 17h, heure à laquelle les travailleurs finissent leur journée et peuvent nous accorder un peu de leur temps. Loïc, l'un d'entre eux, nous indique l'endroit où garer le camion-cinéma pour projeter le film. Par chance, tous les employés sont présents pour le visionnage.


Nous nous rendons ensuite sur l'aire d'accueil de Limay, où nous retrouvons la famille Reinhardt : Tintin, Gabrielle et leurs proches ainsi que Valérie de l'ADVOG. Nous décidons de projeter une partie des archives sur Limay et Gennevilliers suivi par le film. Les enfants se balancent sur les chaises disposées devant l'écran, les parents se situent derrière et discutent. Petit à petit, l'espace de visionnage s'agrandit, certains habitants sortent de leur caravane, d'autres rentrent du travail et se garent en arrière plan. Petits et grands s'amusent à reconnaître les membres de leur famille et amis à l'écran. Quant à Tintin, il semble apprécier le film dans lequel il est présent, et sourit lorsque l'un de ses cousins lance : « C'est notre star ! ». Fin du film, les familles rentrent manger au chaud tandis que nous finissons la soirée avec Tintin et son cousin à l'intérieur du camion-cinéma.


Jeudi 21 décembre, dernière soirée de projection dans la ville de Gennevilliers, où nous retrouvons Camel dans son restaurant « Au Rendez-vous des chauffeurs ». Nous avons eu la chance de voir publier un article annonçant l’événement dans le Parisien. Des affiches ont également été collées sur les murs et vitrines du lieu de projection. Les routiers rencontrés au cours de notre travail, et notamment ceux qui apparaissent dans le film ont été invités. Cependant, leur travail nomade ne leur a pas permis de se rendre à la projection ce soir là. Le film leur sera envoyé ultérieurement. Il est 19h, le restaurant commence à se remplir, routiers et autres travailleurs du coin se tiennent pour la plupart debout au bar, discutant les uns avec les autres. L'heure de la projection approche et nous les invitons à venir voir. Le MKN-VAN est garé le long de la terrasse du restaurant, au plus près des personnes présentes. Tables et chaises y sont installées, certains s'assoient, d'autres restent debout et débattent entre eux, analysant paroles et images. A la fin, nous discutons avec plusieurs groupes formés, du film, des vies des personnes et de leur travail pour en apprendre d'autant plus.


tag : camion camions caravane cinema discussions Gennevilliers habitat leger et mobile Limay manouche mobiles ouvrier port rencontre routiers terrain familial ville mobile voyageurs

Réalisation :
  • L échelle inconnue
MAKHNOVTCHINA
MAKHNOVTCHINA
Makhnovtchina est un repérage actif des nouvelles mobilités urbaines et périurbaines à l'heure des grands projets de métropolisation. C'est un atelier itinérant de production participative d'images (fixes, vidéos, ou multimédia), de textes, de cartes, de journaux, « Work in progress ». Ce travail mené par des architecte, géographe, créateur informatique, sociologue et économiste vise à terme la proposition d'architecture ou d'équipements mobiles et légers. Ce travail vise, en outre, à explorer les futurs vides ou terrae incognitae que créent ou créeront les métropoles. Il propose une traversée du terrain d'accueil pour « gens du voyage » au marché forain en passant par les espaces des nouveaux nomadismes générés par la déstructuration des entreprises, notamment de réseau (EDF, GDF, France télécom...), ainsi que par les campings où, faute de moyens, on loge à l'année. Une traversée, pour entendre comment la ville du cadastre rejette, interdit, tolère, s'arrange, appelle ou fabrique la mobilité et le nomadisme. Ce projet de recherche et de création s'inscrit dans la continuité de certains travaux menés depuis 2001 : travail sur l'utopie avec des « gens du voyage » (2001-2003), participation à l'agora de l'habitat choisi (2009), réalisation d'installation vidéo avec les Rroms expulsés du bidonville de la Soie à Villeurbanne (2009) et encadrement du workshop européen « migrating art academy » avec des étudiants en art lituaniens, allemands et français (2010). Il tente d'explorer les notions de ville légère, mobile et non planifiée avec ceux et celles qui les vivent.