Abonnez-vous à la lettre
de l'échelle inconnue

Prenez-contact avec nous

Champ vide.

menu

RUBRIQUE NOIRE

Numéro 9


Rock, café indus et cocktail Lubrizol
ÇA NE SENT PAS TOUJOURS LUBRIZOL !

Ainsi quand, longeant à contre-courant la rive sud de la Seine, la voiture file sur le boulevard industriel, à peine interrompu par le centre-ville qui, de là, semble une incongruité, les narines sont souvent assaillies par une tout autre odeur, celle du café torréfié. À deux pas de l'Aire d'accueil Gens du Voyage de Sotteville-lès-Rouen, Segafredo Zanetti produit chaque année 16 000 tonnes de café. Depuis 1965, arrivent des ports du Havre ou d'Anvers des sacs de 60 kg issus des plantations du groupe Massimo Zanetti Beverage Group au Costa Rica, au Brésil, au Honduras, au Vietnam et à Hawaï. Là encore c'est par le nez que le cerveau comprend la géographie industrialo-portuaire et son destin au milieu de la circulation et de la transformation de la marchandise.

Culture en somme !


« Monde industriel pour peuple industriel » pour détourner la « musique industrielle pour peuple industriel » du performer Monte Cazazza à l'encontre du label Industrial Records, fondé par Throbbing Gristle – sur lequel il sortira ses deux premiers EP en 1979 et 1980 avant de migrer vers Sordide Sentimental, label fondé à Rouen par Jean-Pierre Turmel et Yves Von Bontee et qui pressa (dans un garage de la zone industrielle de Rouen dit- on) Joy Division, Psychic TV ou Tuxedomoon.
Complot de la contre-culture au milieu des pestilences d'usine ? Expression stridente et ironique d'un individualisme anarchiste à la Stirner, entre capitalisme industriel et marchand et airs triomphants d'un socialisme mort-vivant ?

Est-ce ce même rhizome qui poussa Ramon et un ami, le soir même de l'incendie de l'usine Lubrizol, à inventer dans son Fury-Bar le cocktail noir et éponyme servi enflammé dans un verre à shooter et qui, d'un trait, efface le centre-ville pour mêler aux flammes de la pétrochimie les saveurs du café torréfié ?

Cocktail Lubrizol :


1 /3 Kahlúa Liqueur de Café 1/3Rhum ambré
1 /3 Rhum Coruba 74° ambré
Verser dans l'ordre les ingrédients dans un verre type shooter. Réchauffer au chalumeau puis enflammer le liquide. Le cocktail doit être bu avant que la flamme ne s'éteigne. (Les dangers pour la santé n'ayant pas fait l'objet d'un contrôle de l'IFVS, nous pouvons cependant supposer qu'ils sont moindres que l'accident industriel récemment survenu).


Sommaire du numéro 9
--------------------
MÊME DÉMOCRATIQUE, LE GRAND PARIS EST UN ÉCOCIDE
RUBRIQUE NOIRE
CONTRE LE FAIT MÉTROPOLITAIN, CHASSER LE NATUREL DE LA MÉTROPOLE AU GALOP

POUR QUE LUBRIZOL  BRÛLE JUSQU'AU  GRAND-PARIS

EDITO / JOURNAL À TITRE PROVISOIRE N°9 : FIAT METROPOLIS

Réalisation : Échelle inconnue

MAKHNOVTCHINA
MAKHNOVTCHINA
Makhnovtchina est un repérage actif des nouvelles mobilités urbaines et périurbaines à l'heure des grands projets de métropolisation. C'est un atelier itinérant de production participative d'images (fixes, vidéos, ou multimédia), de textes, de cartes, de journaux, « Work in progress ». Ce travail mené par des architecte, géographe, créateur informatique, sociologue et économiste vise à terme la proposition d'architecture ou d'équipements mobiles et légers. Ce travail vise, en outre, à explorer les futurs vides ou terrae incognitae que créent ou créeront les métropoles. Il propose une traversée du terrain d'accueil pour « gens du voyage » au marché forain en passant par les espaces des nouveaux nomadismes générés par la déstructuration des entreprises, notamment de réseau (EDF, GDF, France télécom...), ainsi que par les campings où, faute de moyens, on loge à l'année. Une traversée, pour entendre comment la ville du cadastre rejette, interdit, tolère, s'arrange, appelle ou fabrique la mobilité et le nomadisme. Ce projet de recherche et de création s'inscrit dans la continuité de certains travaux menés depuis 2001 : travail sur l'utopie avec des « gens du voyage » (2001-2003), participation à l'agora de l'habitat choisi (2009), réalisation d'installation vidéo avec les Rroms expulsés du bidonville de la Soie à Villeurbanne (2009) et encadrement du workshop européen « migrating art academy » avec des étudiants en art lituaniens, allemands et français (2010). Il tente d'explorer les notions de ville légère, mobile et non planifiée avec ceux et celles qui les vivent.