Abonnez-vous à la lettre
de l'échelle inconnue

Prenez-contact avec nous

Champ vide.

menu

EDITO / JOURNAL À TITRE PROVISOIRE N°5 : MAKHNOVTCHINA / ENTRE CIRCULATION ET SÉDENTARISATION : HABITER L'IMMOBILIER

Numéro 5


Makhnovtchina, caravane de génie et cartographie de campagne, est un atelier d'analyse et de création partagées avec les mobiles et nomades contemporains à l'heure des métropolisations. Elle vise à voir, entendre, dire, vivre et outiller la Ville mobile.

Une autre ville existe, légère, mobile, non planifiée, en tout cas non cadastrée. Une autre ville ? Habitée par un autre peuple ? Ville oubliée, oblitérée, cachée ou tue mais pourtant là ; c'est à sa rencontre que part la caravane Makhnovtchina en France dans la région de Haute-Normandie mais aussi à l'Est, dans cette autre Europe que nous nous représentons mal : Moldavie, Russie, Roumanie, Ukraine.
Notre caravane emprunte son nom, Makhnovtchina, à une autre révolution, mobile, tue, oubliée et oblitérée elle aussi mais qui pourtant eut lieu à cette limite où se rencontrent deux Europes et qui pose aujourd'hui question : l'Ukraine. Révolution, car il s'agit bien de l'effort à faire, tant est difficile de penser cette autre urbanité que l'on peine à nommer autrement qu'en la divisant en termes impropres : foraine, mobile, nomade, spontanée...
Comme son ancêtre éponyme, Makhnovtchina est horizontale, transversale, à hauteur d'homme et, comme il se doit pour une caravane, traverse des territoires, fait halte, rencontre, représente, fait dialoguer et parfois fédère ou outille des situations urbaines. Loin des images vantées de la mobilité (campings, bidonvilles, quartiers auto construits, campements, aires d'accueil, fêtes et marchés forains...).
Ainsi naîssent sur son chemin textes, journaux, affiches, films, installations (numériques etc.) et projets d'architecture ou d'équipements mobiles.

Sommaire du numéro 5
--------------------
TU VEUX QU'ON BOUGE ? OK ! MAIS COMME ON NE DÉMÉNAGE PAS D'UN BIDONVILLE
BIDONVILLE DE QUI ES-TU LE PROBLÈME ? DE QUOI ES-TU LA SOLUTION ?
NOIRE LA RUBRIQUE : SUR LA ROUTE!
EDITO / JOURNAL À TITRE PROVISOIRE N°5 : MAKHNOVTCHINA / ENTRE CIRCULATION ET SÉDENTARISATION : HABITER L'IMMOBILIER
SAVOIR MAISON GARDER : UNE VILLA MOBILE RECOMPOSABLE
ON VA LÀ OÙ IL Y A DU TRAVAIL !
MOSCOU : DÉRIVE EN TERRITOIRE MIGRANT
L'HYPOTHÈSE DE L'HISTOIRE
L'HABITER MOBILE OU L'ALTERMÉTROPOLISATION
L'HABITAT MOBILE OUVRIER DE DIEPPE À MOSCOU
LA ROUTE VERSUS LE MUR
HABITER COMME CONTESTER
ET SI PARIS FAISAIT SEMBLANT DE NE PAS VOIR SON FONCIER?

Réalisation : Échelle inconnue

MAKHNOVTCHINA
MAKHNOVTCHINA
Makhnovtchina est un repérage actif des nouvelles mobilités urbaines et périurbaines à l'heure des grands projets de métropolisation. C'est un atelier itinérant de production participative d'images (fixes, vidéos, ou multimédia), de textes, de cartes, de journaux, « Work in progress ». Ce travail mené par des architecte, géographe, créateur informatique, sociologue et économiste vise à terme la proposition d'architecture ou d'équipements mobiles et légers. Ce travail vise, en outre, à explorer les futurs vides ou terrae incognitae que créent ou créeront les métropoles. Il propose une traversée du terrain d'accueil pour « gens du voyage » au marché forain en passant par les espaces des nouveaux nomadismes générés par la déstructuration des entreprises, notamment de réseau (EDF, GDF, France télécom...), ainsi que par les campings où, faute de moyens, on loge à l'année. Une traversée, pour entendre comment la ville du cadastre rejette, interdit, tolère, s'arrange, appelle ou fabrique la mobilité et le nomadisme. Ce projet de recherche et de création s'inscrit dans la continuité de certains travaux menés depuis 2001 : travail sur l'utopie avec des « gens du voyage » (2001-2003), participation à l'agora de l'habitat choisi (2009), réalisation d'installation vidéo avec les Rroms expulsés du bidonville de la Soie à Villeurbanne (2009) et encadrement du workshop européen « migrating art academy » avec des étudiants en art lituaniens, allemands et français (2010). Il tente d'explorer les notions de ville légère, mobile et non planifiée avec ceux et celles qui les vivent.